Faire fructifier le Caroubier
sur un seul pied

Auteur : François Drouet

 

 

Article publié en 2006
Crédit photographies : François Drouet
Tous droits réservés
 

Le Caroubier (Ceratonia siliqua L.) est un fruitier sauvage ou cultivé des régions méditerranéennes.

Les caroubes, fruits du Caroubier, renferment une pulpe agréable et suffisamment épaisse pour la consommation humaine, si l'on plante certains cultivars nommés issus des travaux des stations botaniques, ou si l'on multiplie par voie végétative des formes sauvages que l'on a sélectionnées soi-même par prospection.

Ceratonia siliqua : plat de caroubes mûres

Ceratonia siliqua : plat de caroubes mûres

Sexualité du Caroubier

Le Caroubier est réputé dioïque dans l'espèce type, ce qui sous-entend qu'il faut posséder un couple pour obtenir des gousses sur l'individu femelle par pollinisation par l'individu mâle.

En fait, la sexualité du Caroubier est bien plus compliquée. 

En effet, l'espèce type est dioïque, mais il existe des variétés polygames, c'est à dire que la plante porte à la fois des fleurs unisexuées et des fleurs hermaphrodites.

On a observé que chez le Caroubier les variétés polygames se présentent sous les deux formes de polygamie possibles, mais que la proportion de fleurs unisexuées est plus importante dans une forme que dans l'autre : soit le pied unique porte une minorité de fleurs mâles et une majorité de fleurs hermaphrodites, soit il porte une majorité de fleurs femelles et une minorité de fleurs hermaphrodites.

Il est intéressant de noter que c'est à ce dernier groupe qu'appartient la variété 'Sfax', indûment nommée 'hermaphrodite à longues siliques de Sfax' par certains auteurs, car elle est polygame.

En sus des individus dioïques et polygames, on rencontre également, mais de façon plus rare, des variétés de Caroubier hermaphrodites pures (qui ne portent donc pas de fleurs unisexuées), telle 'Islay'.

La multiplication par voie végétative est obligatoire pour conserver la stabilité du caractère sexuel de la variété, le semis donnant des résultats aléatoires.

Parmi les modes de reproduction végétative, le greffage s'avère le moyen le plus pratique.

On utilise comme porte-greffes des sujets non sexés issus de semis.

 

Fructification sur un seul pied : méthode 1

Pour faire fructifier un seul pied de Caroubier, planter un plant greffé d'une variété polygame (par exemple 'Sfax'), ou d'une des rares variétés hermaphrodites (par exemple 'Islay').

Ceci dit, en France et dans la majorité des autres pays, quasiment personne n'est intéressé par la comestibilité directe du fruit du Caroubier, voire même par la fructification de la plante, et pratiquement aucun pépiniériste ne connaît les variantes de la sexualité du caroubier. L'espèce est classée dioïque et la multiplication par semis aboutit à la vente de plants non sexés et non sélectionnés pour des qualités particulières.

L'amateur de fruitiers rares souhaitant se procurer un cultivar autofertile, possédant en outre des fruits de qualité pour la consommation humaine, se doit de connaître les rares filières étrangères qui lui permettront d'atteindre (ou d'essayer d'atteindre) ses objectifs...

L'affaire serait encore plus compliquée, voire impossible, si on voulait, en sus, que le cultivar soit plus rustique que l'espèce type, comme en a la réputation le cultivar 'Lasithi', par exemple.

 

Fructification sur un seul pied : méthode 2

Si l'on ne dispose pas de variétés polygames ou hermaphrodites et que l'on ne souhaite pas les chercher car très difficiles à trouver, on peut utiliser une autre méthode, rapide et particulièrement adaptée pour planter de jeunes sujets pouvant fructifier sur un seul pied.

Il s'agit de greffer sur un sujet de Ceratonia siliqua de sexe indéterminé, car obtenu de semis, deux variétés unisexuées : mâle et femelle.  

Compte tenu qu'au sein de l'espèce Ceratonia siliqua les variétés mâles sont nettement plus vigoureuses que les variétés femelles, il convient de contenir la variété mâle greffée par une taille annuelle énergique. L'objectif est de restreindre la partie mâle à quelques rameaux  de longueur maximale de 1 m, maintenus toujours couverts et ombrés par les rameaux de la partie femelle greffée.

Cette dernière constitue en fait la quasi-totalité de l'arbre obtenu. Cela ne nuit pas à une bonne fructification car les rameaux mâles du Caroubier produisent des fleurs nombreuses et au pollen abondant. 

Il faut noter que la méthode présente également l'avantage de conserver les caractéristiques intéressantes de certains cultivars femelles : rusticité supérieure à l'espèce type, plus grande productivité ou meilleure qualité du fruit (taille, quantité de pulpe, taux de sucre dans celle-ci).

Cette méthode a une variante plus connue, qui consiste à greffer sur un individu femelle une branche mâle. Mais il s'agit de surgreffage, l'individu femelle ayant été reproduit par greffe. Elle est alors appliquée à des individus femelles âgés.

 

Attention lors du stockage des caroubes

Le stockage de ces fruits à l'intérieur de la maison dans un endroit fréquenté doit être évité.

En effet, les caroubes dégagent une odeur désagréable qui se répand dans l'air et devient  nettement perceptible même lorsqu'elles ne sont pas plus nombreuses que le contenu d'un grand plat.

 

Début d'article     Liste des articles