Un grenadier de taille exceptionnelle

Auteur : François Drouet 

 

 

Article publié en 2003
Crédit photographies : François Drouet
Tous droits réservés
 

Lorsque j'ai acquis, il y a quelques années, un terrain situé entre Toulon et Hyères pour y installer mes fruitiers rares, celui-ci comportait quelques arbres âgés parmi lesquels un imposant grenadier fruitier (Punica granatum) qui a continué à prospérer.

C'est un sujet de taille exceptionnelle, qu'il me paraît intéressant de présenter.

Son âge exact est inconnu, mais il dépasse assurément les soixante-quinze ans. Une voisine de cet âge, qui est née sur place et y a toujours vécu, nous a affirmé qu'il existait déjà à sa naissance.

Il est intéressant de noter en outre qu'il est jouxté par un figuier centenaire.

Ce grenadier constitue une touffe ovale d'une hauteur de 6 mètres et d'un périmètre de 38 mètres, qui comprend plusieurs dizaines de troncs dont les plus gros atteignent un diamètre de 30 centimètres.

Bien sûr, comparé aux gigantesques grenadiers cultivés afghans qui peuvent mesurer jusqu'à 15 mètres de haut il est encore petit, mais pour la France on peut considérer qu'il s'agit d'un individu remarquable.

Punica granatum (grenadier) : un sujet de taille exceptionnelle (photographié de loin)

Punica granatum (grenadier) : un sujet de taille exceptionnelle (photographié de loin)

Il pousse dans un limon argilo-sableux très profond avec un pH de 7,6 et il bénéficie d'un ensoleillement maximum (vaste plaine exposée au sud).

L'endroit où il a été planté se caractérise par une humidité du sol très élevée en hiver (nappe à 0,60 m) car il est traversé par la déverse souterraine d'une noria du 19e siècle. Cette humidité est telle qu'une haie d'Elaeagnus x ebbingei que j'ai essayé de planter à proximité a péri d'asphyxie racinaire malgré deux tentatives d'une année sur l'autre.

Le développement exceptionnel dans ces conditions de sol confirme les observations rapportées de diverses parties du monde : Punica granatum est une espèce qui se plaît plus en terre humide qu'en terre sèche et qui ne craint pas les sols mouillants, ni les inondations occasionnelles.

Mais ces conditions de sol doivent être combinées avec un bel ensoleillement, en particulier en automne, si l'on veut obtenir une bonne fructification. "Les pieds dans l'eau et la tête au soleil" est une expression qui va aussi bien au grenadier qu'au palmier dattier...

Le côté bénéfique du sol mouillant se trouve confirmé par la pousse rapide de la collection de grenadiers que j'ai implantée à proximité en raison justement de la nature du sol.

Punica granatum (grenadier) : un sujet de taille exceptionnelle (photographié à moyenne distance)

Punica granatum (grenadier) : un sujet de taille exceptionnelle (photographié à moyenne distance)

Il faut noter que la floraison d'une telle masse n'est pas aussi spectaculaire que ce que l'on pourrait croire. Ceci est dû à la particularité du grenadier fruitier de ne fleurir franchement que sur les branches âgées de périphérie (celles constituées de vieux bois et situées en dehors de la charpente).

Ce grenadier produit toutefois avec une grande régularité des centaines de grenades tous les ans (pas d'alternance).

Celles-ci, de taille moyenne, sont d'une qualité supérieure à celle de la variété traditionnelle de Provence mais nettement inférieure à celle des meilleurs cultivars de grenadier.

La maturité des fruits est de mi-saison pour la région (octobre) et s'échelonne tout au long du mois. Les fruits tiennent jusqu'à la Noël mais se fendent systématiquement à maturité.

Punica granatum (grenadier) : un sujet de taille exceptionnelle (photographié de près)

Punica granatum (grenadier) : un sujet de taille exceptionnelle (photographié de près)

 

Début article    Liste des articles