Dégustation de ma première asimine

Auteur : Gilbert Guébey
 

 

Article publié en 2003
Crédit photographies : Gilbert Guébey
Tous droits réservés

 

Je cultive dans mon jardin des Alpes-Maritimes deux asiminiers (Asimina triloba). L'un, âgé de six ans, est issu de semis ; l'autre, âgé de deux ans, est un cultivar 'Davis' acquis auprès d'une pépinière important les plants greffés des USA.

Ils poussent dans un sol argilo-calcaire et bénéficient du soleil une bonne partie de la journée. Le plus âgé mesure 2,20 mètres de haut, le second 0,50 mètre.

Le cultivar n'a pas encore fleuri, mais sur le sujet issu de semis j'ai observé pendant trois ans des fleurs qui n'ont pas donné de fruits. Cette année, j'ai réussi à lui faire produire un groupe de fruits.

 Asimina triloba : plant âgé de six ans, hauteur 2 mètres, avec fruits avant maturité

 Asimina triloba : plant âgé de six ans, hauteur 2 mètres, avec fruits avant maturité

 

Asimina triloba : asimines en cours de maturation sur arbre de six ans

 Asimina triloba : asimines en cours de maturation sur arbre de six ans

J'ai obtenu ces fruits par pollinisation manuelle. La littérature américaine précise en effet que trois facteurs limitants affectent la fécondation des fruits de l'Asiminier : pollen auto-incompatible ; protogynie ; les abeilles ne s'intéressent pas à ses fleurs. Il faut préciser d'ailleurs que certains cultivars sont reconnus autofertiles aux Etats-Unis ou en Europe ('Sunflower', 'Georgia', 'Prima 1216').

J'ai appris récemment que d'autres passionnés ont obtenu des fruits sans pollinisation manuelle, avec deux variétés différentes plantées dans un rayon de 10 mètres. Je tenterai donc, les prochaines années, la production de fruits sans pollinisation manuelle, du moins sur une partie des fleurs (si mes deux sujets fleurissent, pour que l'interfécondation soit possible).

N'ayant qu'un seul sujet en fleurs, et compte tenu des facteurs précités limitant la fécondation,  j'ai demandé l'autorisation de prélever quelques rameaux fleuris sur un asiminier âgé situé dans le jardin botanique de la station INRA de la Villa Thuret, au Cap d'Antibes.

J'ai placé ces rameaux dans un bocal contenant de l'eau et j'ai prélevé le pollen à l'aide d'un pinceau, pour le déposer sur les stigmates des fleurs de mon asiminier. La fécondation a réussi. J'ai pu noter par la même occasion que les rameaux fleuris se fanent très vite hors de l'arbre.

Les fruits mûrs sont tombés à la mi-septembre, à quelques heures d'intervalle. Je les ai placés dans une assiette pour les observer quelques temps.

Leur taille est attractive. Elle est plus importante encore chez certains cultivars. Un autre passionné m'a rapporté avoir récolté des fruits gros comme le poing. 

La couleur de la peau présente des nuances allant du vert au jaune, avec quelques taches marron.

Ces fruits dégagent un parfum puissant et agréable, à tel point que ma femme en entrant dans la cuisine sans les voir m'en a fait la remarque.

Les fruits ne paraissant pas se conserver correctement, je décidai de les consommer dès le lendemain. En ce jour "solennel", j'ai pris quelques photos des fruits sur l'assiette.

Asimina triloba : asimines mûres (mi-septembre)

Asimina triloba : asimines mûres (mi-septembre)

Puis j'ai tranché le plus gros dans le sens de la longueur pour un dernier cliché avant dégustation.

Asimina triloba : asimines mûres (mi-septembre)

Asimina triloba : asimines mûres (mi-septembre)

Je suis sous le charme : chair de la couleur de la mangue, texture fondante, goût rappelant à la fois celui de la banane et de l'ananas, arôme toutefois moins perceptible en bouche qu'à l'odorat. Les graines assez grosses, aplaties, de couleur marron soutenu et lustrées n'altèrent pas de façon significative le plaisir de déguster le fruit. Certains cultivars présentent moins de graines.

Je ne peux donc que vous conseiller de planter des asiminiers (en rappelant à ceux qui ne connaissent pas ce fruitier qu'il peut résister à -20°C, exception parmi les Annonaceae). 

 

Début article    Liste des articles