Variabilité du fruit de l'Azérolier
(Crataegus azarolus L.


Auteur : François Drouet

 

 

Article publié en 2004 - modifié en 2014
Crédit photographies : François Drouet
Tous droits réservés
 

L'Azérolier (Crataegus azarolus L.) appartient au genre des Crataegus, que l'on appelle communément les aubépines ou épines, et que certains nommaient les crataèques au 19e siècle.

Le fruit des aubépines de France, appelé cenelle, est insipide, farineux et de petite taille. C'est le cas par exemple pour l'aubépine (ou épine) à un style (Crataegus monogyna) ou pour l'aubépine (ou épine) commune (Crataegus oxyacantha).

L'Azérolier, aubépine indigène de la région méditerranéenne, constitue une exception : son fruit, l'azérole, possède un goût agréable (parfumé et acidulé) qui rappelle parfois la pomme. Il est au moins deux fois plus gros que les cenelles des autres aubépines.

Il ne faut pas confondre l'Azérolier avec d'autres espèces de Crataegus, ou certains hybrides sauvages de Crataegus, qui produisent aussi des fruits appréciés car dotés d'une saveur agréable plus ou moins marquée. Leur saveur est toujours différente de celle de l'azérole, qui est particulièrement typique et reconnaissable entre toutes une fois qu'on la connaît...

En présence d'un arbuste à identifier hors période de fructification, pour émettre l'hypothèse qu'il pourrait s'agir d'un azérolier, il faut vérifier la présence du caractère suivant : les feuilles de l'arbuste doivent être nettement découpées (elles présentent 3 lobes profonds, en général eux-mêmes découpés au sommet).  

Deuxième caractère requis : si l'on est en période de floraison,  la floraison doit être blanche.

Crataegus azarolus : rameau fleuri

Crataegus azarolus : rameau fleuri

 

Crataegus azarolus : feuilles et fleurs (détail)

Crataegus azarolus : feuilles et fleurs (détail)

Ces deux caractères ne suffisent pas à déterminer qu'il s'agit d'un azérolier, car d'autres espèces de Crataegus les possèdent également. Mais ils permettent d'affirmer de façon certaine qu'il ne s'agit pas d'un azérolier si l'arbuste à identifier ne les possèdent pas (feuilles pleines de toutes formes, ou floraison rose ou rouge : vous êtes certains de ne pas être en présence d'un azérolier...).

J'entends souvent mes interlocuteurs s'écrier, lorsque j' évoque l'Azérolier : "Ah, oui, j'en ai goûté de passage à tel endroit, c'est très bon, j'en voudrais bien un !" ou "Mes parents en avaient un dans leur jardin, j'en garde un merveilleux souvenir, on en trouve encore? Où peut-on s'en procurer?".

Je dois alors tempérer les enthousiasmes. En effet, en acquérant un azérolier, ou en prélevant des greffons dans la nature, on est presque certain d'obtenir des fruits différents de ceux dont on a le souvenir (ce qui ne veut pas dire qu'ils vont être mauvais, même s'il y a un risque pour qu'ils soient quelconques).

Ceci est dû à la grande variabilité du fruit de l'Azérolier. Il en va pour les azéroles comme pour les pommes ou les pêches : selon la variété le fruit est différent, et si la variété n'est pas sélectionnée le fruit peut être décevant.

La variabilité de l'azérole porte sur le goût : elle peut être plus ou moins acidulée et plus ou moins parfumée. Certains azéroliers produisent des fruits de moindre attrait car peu parfumés (même s'ils sont toujours acidulés).

La variabilité se révèle aussi au niveau de la texture de l'azérole, les fruits s'avérant plus ou moins croquants ou plus ou moins juteux selon les individus.

Elle existe également dans la taille de l'azérole. Les plus petites que l'on rencontre (souvent portées par des individus issus de semis) ne dépassent pas la taille d'une cenelle d'aubépine ordinaire. Les plus grosses frisent les quatre centimètres de diamètre chez certains cultivars.

La variabilité de l'azérole concerne aussi sa forme. Selon les variétés, les fruits sont plus ou moins pyriformes ou plus ou moins côtelés.

Elle se traduit aussi au niveau du noyau : parmi les variétés à gros fruits, certaines révèlent un noyau plus gros que la majorité d'entre elles, rendant le rapport pulpe/fruit moins favorable.

Enfin, la variabilité se constate dans la couleur du fruit : rouge plus ou moins foncé, jaune pâle, jaune plus soutenu.

Les fruits de couleur orangée, que l'on voit souvent, sont des fruits initialement jaunes soumis à de longues périodes de forte insolation.

Dans la littérature, il est souvent cité une forme à fruits blancs. Mais les azéroles blanches n'existent pas. L'appellation "azérolier à fruits blancs" n'est qu'une ancienne façon commune (qui perdure chez certains de nos contemporains) de nommer les variétés à fruits jaune pâle.

Les planches de la littérature ancienne montrent des fruits jaune pâle chaque fois qu'il est présenté un azérolier nommé "à fruits blancs". Ceci quel que soit le pays. Le dossier "Azérolier" compilé à partir de nombreux ouvrages anciens par le pomologue Christian Catoire, à l'époque où il dirigeait le centre de pomologie de La Mazière, dans le Gard, en atteste.

Cela se confirme sur le terrain : en 35 ans de recherche et de culture de fruitiers rares, je n'ai jamais rencontré d'azéroles blanches. Toutes les variétés dites "à fruits blancs" que l'on m'a présentées produisaient des azéroles de couleur jaune pâle, parfois rosée sur les parties exposées au soleil.

Je n'ai jamais vu d'azéroles blanches en photographie, que ce soit dans la littérature spécialisée, sur Internet ou dans les photothèques de jardins botaniques ou de collectionneurs.

Compte tenu de la grande variabilité qui vient d'être exposée, pour ne pas risquer d'être déçu, il convient de voir et goûter le fruit avant acquisition ou prélèvement de greffons.

Hors période de fructification, chez les très rares pépiniéristes multipliant eux-mêmes leurs azéroliers, et seulement ceux-là, on peut bien sûr se fier à la description qu'ils font du fruit et à l'appréciation qu'ils fournissent à son sujet.

La photographie suivante illustre la variabilité du fruit de l'Azérolier, en présentant quatre variétés d'azéroles issues de ma collection de Crataegus, avec pour témoin une cenelle d'épine ergot de coq (Crataegus crus-galli) :

Crataegus azarolus : quatre variétés d'azéroles

Crataegus azarolus : quatre variétés d'azéroles
(au centre cenelles de Crataegus crus-galli)

Nous avons traité de la variabilité du fruit, mais pour sélectionner une variété optimale d'Azérolier il faut aussi tenir compte du phénomène d'alternance (production de fruits une année sur deux seulement). En effet, beaucoup de variétés d'Azérolier sont sujettes à l'alternance, souvent très marquée.

Ce phénomène n'est pas rédhibitoire si la variété présente un fruit exceptionnel, mais il appauvrit encore plus l'intérêt des variétés de qualité moyenne.

La variabilité du fruit de L'Azérolier donne lieu à une diversité qui comble l'amateur de fruitiers rares.

Voici une première variété, à port retombant lorsqu'en fructification et à fruits rouges de taille moyenne :

Crataegus azarolus : variété retombante à fruits rouges de taille moyenne

Crataegus azarolus : variété retombante lorsqu'en fructification et à fruits rouges de taille moyenne

 

Crataegus azarolus : variété retombante lorsqu'en fructification et à fruits rouges de taille moyenne

Crataegus azarolus : variété retombante lorsqu'en fructification et à fruits rouges de taille moyenne

 

Crataegus azarolus : variété retombante lorsqu'en fructification et à fruits rouges de taille moyenne

Crataegus azarolus : variété retombante lorsqu'en fructification et à fruits rouges de taille moyenne

Très différente est une variété à port érigé et à très gros fruits jaunes :

Crataegus azarolus : variété à port érigé et à très gros fruits jaunes

Crataegus azarolus : variété à port érigé et à très gros fruits jaunes

 

Crataegus azarolus : variété à port érigé et à très gros fruits jaunes

Crataegus azarolus : variété à port érigé et à très gros fruits jaunes

 

Crataegus azarolus : variété à port érigé et à très gros fruits jaunes

Crataegus azarolus : variété à port érigé et à très gros fruits jaunes

Il existe aussi des variétés à port érigé et à gros fruits rouges :

 Crataegus azarolus : variété à port érigé et à gros fruits rouges

Crataegus azarolus : variété à port érigé et à gros fruits rouges

Voici une autre variété à gros fruits jaunes, devenus orangés après une longue période de forte insolation :

Crataegus azarolus : variété à gros fruits jaunes, devenus orangés à l'insolation

Crataegus azarolus : variété à gros fruits jaunes, devenus orangés à l'insolation

Pour terminer, une particularité (et une mise en garde) concernant l'offre des pépiniéristes.

Une confusion règne dans une grande partie des pépinières d'Italie et s'est propagée en France dans de nombreuses pépinières : deux espèces (ou hybrides) de Crataegus à fruits de saveur agréable sont vendus sous le nom d'Azérolier alors qu'il ne s'agit pas de l'espèce Crataegus azarolus. Voir article.

 

Début de l'article    Liste des articles