Chapitre de l'article "L'Asiminier"
Auteur : Sergio Carlini. Publié en 2007

Crédit photographies : indiqués dans l'article
Tous droits réservés
 

L'Asiminier  Asimina triloba (L.) Dunal

Récolte - Consommation - Utilisations

 

 

MATURATION - RECOLTE

 

Les asimines (fruits de l'Asiminier) atteignent la complète maturité lorsque la pulpe devient plus tendre, comme pour les pêches. Elles se détachent alors facilement de l’arbre et commencent à tomber.

A ce stade, elles présentent  les meilleures caractéristiques organoleptiques.

Pour un certain nombre de variétés, dont 'Sunflower', la couleur de la peau est alors encore entièrement verte.

Lorsque la couleur verte devient plus claire, le fruit est plus mou mais le goût reste agréable.

Asimina triloba : fruit mûr de la variété 'Sunflower'

Asimina triloba : fruit mûr de la variété 'Sunflower'

Pour d'autres variétés, à la bonne maturité de consommation le fruit est vert jaunâtre ou jaune.

Lorsqu’il se tache fortement de brun et qu’il devient vraiment mou, le fruit est à surmaturité. Dans cet état, il est trop tard pour le consommer car il présente un goût désagréable.

Asimina triloba : fruit à surmaturité (goût désagréable)

Asimina triloba : fruit à surmaturité (goût désagréable)

Du fait de la présence de substances irritantes dans les fruits verts, il est conseillé de ne récolter les fruits que s’ils sont mûrs ou qu’ils sont très proches de l’être.

D'ailleurs, s’ils sont récoltés trop tôt ils ne peuvent pas atteindre le stade de maturité approprié, comme le feraient d’autres types de fruits. Dans ce cas, les fruits conservent leurs principes irritants et sont de très mauvaise qualité gustative.

Il faut récolter les fruits avec beaucoup d’attention car à maturité ils sont délicats et s’abîment facilement.

Selon les cultivars, la maturité est atteinte de la deuxième moitié d’août jusqu’au début octobre, en fonction du climat et des conditions de croissance (durée de la saison chaude). En climat côtier de la Riviera ligure (Italie), la maturité est atteinte fin août / début septembre pour la variété 'Sunflower'.

La maturité des fruits n'est pas simultanée pour l'ensemble de ceux-ci. Comme la floraison, elle s'échelonne sur une vingtaine de jours.

La récolte de fruits verts en un passage avec des moyens mécaniques rapides, puis de longues périodes de conservation en chambres froides, sont les conditions fondamentales pour avoir des fruits toujours à disposition et à coûts réduits.

En conclusion, l'Asiminier présente d’excellentes possibilités d’utilisation dans un jardin de particulier, mais il n'est pas adapté à la culture extensive industrielle.

 

CONSOMMATION

 

Comme pour les Annonacées tropicales, l’utilisation principale est le fruit frais, qui, dans le cas de l'Asiminier, se récolte tard en été ou à l’automne.

Lorsque l'on consomme l'asimine, la peau ne se mange pas et les graines ne s'avalent pas. 

De façon très rare, il a été constaté que l’ingestion de la pulpe des fruits, même lorsqu’ils sont mûrs, pouvait provoquer des problèmes intestinaux.

Si l'on a des craintes, il convient de vérifier par petites doses les effets de l’ingestion de la pulpe.

Il faut de même savoir que si la partie interne des grosses graines (endosperme) est écrasée et ingérée, il y a un risque de nausées, vomissements et douleurs abdominales.

Par contre, si les graines sont ingérées intégralement, elles traversent le tube digestif en restant inaltérées et ne produisent aucun effet nocif.

 

CONSERVATION

 

La durée de conservation de l'asimine à température ambiante est limitée à quelques jours, comme c'est le cas pour les Annonacées tropicales. 

Par contre, si les asimines ne sont pas abîmées et qu’elles sont placées dans un réfrigérateur, la durée de conservation est d’environ deux semaines.

Elles sont sensibles au mécanisme d’accélération de maturation que provoque la présence d’éthylène. Si les asimines sont déposées à proximité de pommes, l’éthylène émis par ces dernières en mûrissant accélère leur maturation.

 

UTILISATIONS ALIMENTAIRES

 

Il est possible de préparer des jus, des crèmes, des ingrédients pour glaces, des compotes, etc.

Il a aussi été signalé dans la littérature la confection d’une boisson fermentée avec la pulpe des fruits.

La pulpe peut être congelée.

Le contenu alimentaire des fruits est remarquable.

Dans la pulpe, crémeuse et relativement pauvre en eau, sont présents des hydrates de carbone (sucres), glucose, saccharose et fructose, en proportion allant jusqu’à 18%.

Elle renferme aussi des vitamines A et C, des oligo-éléments en concentrations inhabituellement élevées (P, Ca, Mg, S, Fe).

On y trouve également des protéines en quantités étonnantes, s’agissant d'un fruit, sous forme de nombreuses variétés d’acides aminés équilibrées.

 

AUTRES UTILISATIONS

 

A l’exception de la pulpe dans les fruits mûrs, toute la plante (les jeunes branches, les graines, les racines, les fruits verts) contient une quantité importante d’alcaloïdes, des tanins et d’autres substances chimiques.

Certaines de ces substances, comme l’acétogénine, ont une remarquable action pesticide envers les insectes et nématodes dont ils compromettent les fonctions vitales.

Ces mêmes substances sont actuellement étudiées pour leurs effets anticancéreux. Elles seraient très efficaces dans la cure de certains types de tumeurs humaines, en particulier celles relatives aux organes génitaux féminins.

Des travaux pharmaceutiques sont en cours pour isoler et doser les principes actifs, définir leurs champs d’application, et surtout vérifier les effets secondaires.

Les Etats-Unis ont déjà déposé des brevets et des licences pour la commercialisation de dérivés pharmaceutiques. 

En outre, des travaux sont en cours afin d’étudier des substances dérivées permettant de constituer des pesticides végétaux naturels.

 

 

Retour début article Début page    Retour au sommaire de l'article Sommaire