Les fruitiers rares
 
Articles généraux      Espèces      Groupes      Pépinières      Non-French items

 


Accueil > Espèces > Asiminier > L'Asiminier - Asimina triloba (L.) Dunal

 

Article publié en 2007
Auteur : Sergio CARLINI
Traduction : Marcello FINOCCHIARO
Photographies : Sergio CARLINI
et François DROUET
Tous droits réservés 

 

 

L'Asiminier
Asimina triloba (L.) Dunal

Caractères botaniques et cultivars

 

 

 

Qui ne voudrait pas posséder un fruitier tropical dans son jardin, dont les fruits seraient vraiment excellents et totalement inhabituels, et ceci même dans des régions septentrionales ?

Ne rêvez plus, ce fruitier existe...

Il s'agit de l'Asiminier, Asimina triloba (L.) Dunal, qui appartient à la famille des Annonaceae et est originaire des Etats-Unis ainsi que du Sud-Est canadien.
 

Asimina triloba (Asiminier, pawpaw)

 Asimina triloba (Asiminier, pawpaw)
(crédit : Kentucky State University)

Je vous présente ci-après l'Asiminier selon le plan suivant : intérêt, origine et diffusion, caractères botaniques, sélection, cultivars.

Sachant que je consacre un article spécifique à sa culture et à sa multiplication.

 

INTERÊT

 

L'Asiminier, en latin Asimina triloba (L) Dunal, a pour nom vernaculaire Paw Paw (USA), qui s'écrit aussi en un seul mot Pawpaw.

Sont utilisés aussi aux USA les noms moins courants de Indian banana, Hoosier banana, Poor's man banana. Au Québec, Asiminier est contracté en Asimier.

Je dois vous avouer que ce fruitier est étrange, et, lorsque je dis "étrange", il faut me croire.

Il est en effet follement aimé par un papillon rare et magnifique, mais pas pour la beauté de ses fleurs, ni même pour leur léger et délicat parfum de....... viande en décomposition, qui en font un délire pour les mouches à fumier...

Fort heureusement, cette odeur est imperceptible par l'homme, sauf à mettre le nez dans la fleur.

Une autre précision : son fruit est assez proche de celui du Chérimolier (Annona cherimola Mill.).

Mais si vous possédez un jardin ensoleillé et chaud en Sicile, ou plus au sud, donnez alors la préférence au chérimolier, car pour l'Asiminier il y fait trop chaud...

 

ORIGINES ET DIFFUSION

 

L’Asiminier est un des rares grands arbres fruitiers originaire d’Amérique septentrionale, et le seul à porter de gros fruits.

Les Annonaceae constituent une famille composée de milliers d’espèces, largement diffusées dans les zones tropicales et équatoriales de toute la planète.

Les représentants de cette famille existent à l’état naturel aux Etats-Unis dans de petites zones de territoires de l’extrême sud et se répartissent entre quatorze espèces appartenant à trois genres (Annona, Asimina et Deeringothamnus).

Presque toutes sont présentes uniquement dans des régions limitées, voire très limitées.

Seules quelques espèces du genre Asimina sont originaires de régions plus étendues.

Asimina parviflora (Michx.) Dunal est assez diffus dans le Sud-Est des Etats-Unis.

Asimina triloba (L.) Dunal est par contre présent dans une bonne partie des états de l’Est des Etats-Unis, dans une région allant du Nebraska oriental au Maine, et du nord de la Louisiane à l’extrémité septentrionale de la Floride.

La limite la plus septentrionale se trouve sur d'étroites bandes de territoire des rives des Grands Lacs (Canada).

Aire d'origine d'Asimina triloba

Aire d'origine d'Asimina triloba

Il est communément admis que la plante est d'origine très lointaine aux Etats-Unis. Dans les régions précitées, des empreintes de feuilles similaires en tous points aux feuilles actuelles ont été relevées dans des dépôts fossiles datés de la fin du Miocène et de l’Eocène.

Il est aussi admis que la diffusion des graines provenant des sites soumis aux dernières glaciations a été réalisée d’abord par les grands mammifères, et, plus tard, par les humains.

La plante pousse maintenant principalement dans les dépôts alluvionnaires des fleuves et des rives sablonneuses et boueuses des rivières. La majorité de la population est présente dans les bassins du Mississipi et de l’Ohio River, dans de nombreuses zones de faible taille éparpillées sur ce territoire.

Sa présence à l’état sauvage se réduit de plus en plus, sous l’effet de l’anthropisation du territoire et de l’expansion de l’agriculture.

A l’opposé, sa présence dans les jardins publics et privés ne cesse d’augmenter. Localement, l'Asiminier a pris de la valeur pour sa portée affective et sa dimension historique.

Aux USA, des mesures de protection de l'espèce et de conservation de son germoplasme ont été prévues. 

Malgré son aspect tropical, la plante est parfaitement adaptée aux climats tempérés froids. Elle s’est donc diffusée, voire a été introduite en culture, dans l’Ouest des Etats-Unis.

Ceci en particulier dans les sites fertiles à climat continental ou côtier, avec des hivers froids et des étés tempérés. En effet, la plante ne supporte pas  les climats excessivement chauds et arides.

L'Asiminier a été exporté dans différents pays au climat tempéré, particulièrement de type continental.

Un facteur important de limitation de sa diffusion est certainement son coût de production. Ce coût reste élevé par rapport à celui des autres plantes fruitières traditionnelles (pêchers, pommiers, abricotiers, etc.).

Il est lié à la grande difficulté, voire l'impossibilité, de planter l’Asiminier à racines nues, méthode la plus rapide et la plus économique.

Actuellement, la nécessité de développer les plantes en pots profonds en pépinière ne permet pas la réduction des coûts.

De plus, la plantation est une phase délicate qui doit s'effectuer en faisant attention à ne pas laisser se détacher la terre adhérant aux racines lorsqu'on retire la plante des pots.

Un jardinier amateur peut supporter le prix d’achat d’une plante en pot, même si ce prix est trois fois plus élevé que le prix d’une plante cultivée en pépinière de façon traditionnelle à racines nues. 

Toutefois, pour un agriculteur devant se lancer dans une plantation à grande échelle ce prix peut s’avérer prohibitif.

Malgré tout, des plantations importantes sont en cours dans l’habitat d’origine de l’Asiminier, sous l’effet de la revalorisation de son fruit. Celui-ci est maintenant considéré de bien plus grande importance que par le passé, lorsque l'Asiminier était perçu comme un simple fruitier sauvage.

Les Etats-Unis portent ainsi aujourd’hui un intérêt grandissant à ce fruitier particulier.

 

CARACTERES BOTANIQUES

 

L'ARBRE

C’est un arbre de structure pyramidale, du moins chez les sujets isolés.

De dimension moyenne de 5 à 6 mètres de hauteur, il peut parfois atteindre 10 mètres de haut dans son milieu naturel.

Asimina triloba (Asiminier, pawpaw)

Asimina triloba (Asiminier, pawpaw)

On peut le conduire en gobelet, pour faciliter la récolte.

Asimina triloba conduit en gobelet

Asimina triloba conduit en gobelet

Ou lui conserver son port naturel.

Asimina triloba conduit en gobelet

Asimina triloba : port naturel

Le tronc est droit, d’aspect vigoureux, avec une écorce grise.

L’Asiminier est à feuillage caduc et émet ses nouvelles feuilles tardivement au mois de mai, après la floraison.

Asimina triloba : silhouette d'un jeune sujet en fin d'hiver

Asimina triloba : silhouette d'un jeune sujet en fin d'hiver

 

LES FEUILLES

La plante présente des feuilles alternes, nettement pendantes, à bordure rectiligne, rappelant de par leur forme et leur dimension les feuilles d’un châtaignier.

Asimina triloba : feuillage

Asimina triloba : feuillage

Leur forme est ovale allongée, parfois légèrement oblongue, avec la partie plus large à l’extrémité du pédoncule, de couleur vert vif, et, dans certains cas à l’état adulte, le verso couvert d’une légère pilosité brune.

Leur longueur est de 15-30 cm.

A l’automne, les feuilles prennent une teinte dorée, puis brune, avant de tomber.

Asimina triloba : feuillage automnal

Asimina triloba : feuillage automnal

Dans de rares cas, il a été observé des allergies au contact des feuilles et de la peau des fruits, qui se traduisent par une irritation et des rougeurs de la peau.

Il est de bon usage, lorsque l’occasion se présente et en premier lieu, de tester sa propre sensibilité à ces formes d'allergies. Il suffit de frotter légèrement une feuille sur le dos de la main et d’observer la réaction.

En cas de test positif (rougeur notoire), il faut éviter le contact avec les feuilles.

 

LES FLEURS

Les fleurs se forment à partir des boutons, présents et visibles dès le mois de juillet de l'année précédente.

Asimina triloba : jeune sujet en fin d'hiver, avec boutons floraux en débourrement

Asimina triloba : jeune sujet en fin d'hiver, avec boutons floraux en débourrement

Les boutons floraux se distinguent des bourgeons végétatifs car ils sont arrondis.

Asimina triloba : boutons floraux et un bourgeon à feuilles

Asimina triloba : boutons floraux et un bourgeon à feuilles
(entre les deux gros boutons floraux, juste au-dessus)

 

Asimina triloba : boutons floraux et bourgeon végétatif apical

Asimina triloba : boutons floraux et bourgeon végétatif apical

Les fleurs apparaissent bien avant le feuillage, mais, par leur dimension et leur couleur, restent peu voyantes. 

La floraison commence vers la fin du mois de mars et continue jusqu’au début du mois de mai, l'essentiel se produisant en avril.

Asimina triloba : début de floraison

Asimina triloba : début de floraison

Les fleurs, hermaphrodites, sont de dimension moyenne (1,5 à 3 cm de diamètre) et retombantes sous un pédoncule velu. Elles apparaissent seules, rarement en groupe.

Asimina triloba : floraison

Asimina triloba : floraison

Elles comportent trois petits sépales verts avec une pilosité brunâtre, ainsi que six pétales de couleur rouge foncé lie-de-vin.

Asimina triloba : fleurs

Asimina triloba : fleurs

Elles présentent une symétrie en forme de roue.

Asimina triloba : fleur (noter les six pétales)

Asimina triloba : fleur (noter les six pétales)

Les ovaires sont entourés d’une couronne avec de nombreuses étamines.

Asimina triloba : intérieur de la fleur

Asimina triloba : intérieur de la fleur

 

LA POLLINISATION

Les fleurs présentent une nette protogynie. Les organes femelles sont actifs quelques jours avant les organes mâles, ce qui signifie que la partie féminine d’une fleur est potentiellement réceptive avant la maturation de la partie mâle pollinisatrice.

La pollinisation entre différentes fleurs nécessite que la maturation des parties sexuelles soit en phase. Elle est favorisée par la présence simultanée de nombreuses fleurs à des stades différents de floraison sur la même plante, ou sur une autre plante.

On trouve ainsi de façon concomitante sur l'arbre des fleurs encore fermées, entrouvertes, pleinement épanouies ou fanées. La période totale de floraison de l'arbre séchelonne sur une vingtaine de jours.

Mais, pour la majorité des variétés, le pollen n'est pas autocompatible.

Généralement, une fertilité satisfaisante s'obtient uniquement par interpollinisation entre individus différents.

Deux plantes nées de deux semis différents, même originaire d'un seul arbre, sont définies comme deux individus différents, de même que deux plantes greffées avec des variétés différentes. Deux plantes greffées avec la même variété ne sont pas des individus différents ; il s’agit de deux exemplaires du même clone.

Certaines variétés sont données comme étant autofertiles ('Sunflower', 'Prima1216', 'Georgia'). Avec ces cultivars, il suffit de planter un seul sujet pour obtenir des fruits. 

En phase initiale, lors de la maturation des parties féminines, les fleurs possèdent des pétales rectilignes et une forme rappelant une tulipe fermée. Trois pétales internes renferment les organes sexuels et alternent avec trois pétales externes presque fermés.

Par la suite, à l’époque de la maturation des parties mâles, les pétales s’incurvent vers l’extérieur et prennent une forme de clochette ouverte.

La photographie ci-dessous illustre ces deux stades.

Asimina triloba : les deux stades de la floraison (tulipe fermée et clochette ouverte)

Asimina triloba : les deux stades de la floraison (tulipe fermée et clochette ouverte)

Les ovaires sont multiples et produisent donc des groupes de fruits. Cette caractéristique est visible à la nouaison.

Asimina triloba : groupe de fruits noués

Asimina triloba : groupe de fruits noués

Chez certaines fleurs, de nombreux ovaires avortent et des fruits uniques se développent.

Asimina triloba : fruit isolé noué (au-dessus de la fleur)

Asimina triloba : fruit isolé noué (au-dessus de la fleur)

Dans les jardins à vocation strictement ornementale, certaines difficultés de pollinisation naturelle peuvent apparaître par manque d’agents pollinisateurs adaptés (il s'agit de mouches communes, de mouches à fumier et de coléoptères ; pas les abeilles...). 

De tels problèmes sont plus rares dans un potager, près d’un tas de fumier ou près d’étables, où certains de ces types d’insectes ne manquent pas.

La fécondation manuelle (avec un fin pinceau, une plume ou un doigt) est alors utile. Il est évident qu’une telle solution, lorsqu’elle est nécessaire, serait coûteuse s’il fallait la pratiquer à grande échelle.

 

LES FRUITS (ASIMINES)

La plante commence à produire des fruits lorsqu’elle atteint les 2-2,5 m (3-6 ans).

Les fruits, appelés asimines, sont de grandes baies ovales, plus ou moins allongées de 6 à 18 cm de long pour 3 à 9 cm de large, avec une forme légèrement lobée.

Les asimines peuvent être uniques.

Asimina triloba : fruit unique non mûr

Asimina triloba : fruit unique non mûr

Ou réunies en groupes. Elles constituent alors des sortes de régimes similaires dans leur structure à ceux des bananes, ce qui explique les noms locaux les associant aux bananes.

Asimina triloba : groupe de deux fruits en cours de formation

Asimina triloba : groupe de deux fruits en cours de formation

 

Asimina triloba : groupe de trois fruits non mûrs

Asimina triloba : groupe de trois fruits non mûrs

L'asimine est dotée d’une peau souple, mais relativement robuste, de couleur vert clair à maturité et qui tend ensuite légèrement vers le jaune, puis le brun à surmaturité.

Le poids des asimines est habituellement compris entre 50-100g et peut aller jusqu’à 250g-400g, voire plus.

Les asimines contiennent de nombreuses graines brunes, disposées en deux rangées. Ces graines sont très dures et de dimensions importantes (longueur jusqu’à 2-3 cm), semblables à de gros haricots allongés.

La réduction du nombre de graines, ainsi que de leurs dimensions, font partie des objectifs de la sélection variétale.

La pulpe est de consistance crémeuse et, selon les variétés, de couleur blanche, jaune ou orange.

Asimina triloba : fruit mûr

Asimina triloba : fruit mûr

Elle est très douce et parfumée, de saveur complexe, très particulière, semblable à la banane ou à la mangue, avec un arôme d’ananas  privé d’acidité.

 

SELECTION

 

De nombreuses campagnes de sélection ont été effectuées (plusieurs dizaines).

Elles ont presque toutes été réalisées aux Etats-Unis, dès le début du siècle passé (1905) et elles continuent encore de nos jours.

L'université de l'état du Kentucky (KSU ou KYSU), à Frankfort, USA, développe l'unique programme de recherche mondial permanent sur Asimina triloba (L.) Dunal.

Ce programme comprend la caractérisation de la diversité génétique, la sélection de cultivars, l'observation de comportement des variétés locales, l'amélioration des méthodes de multiplication par semis et par voie végétative, la compréhension du processus de maturation, les techniques de stockage au froid, les recommandations de conduite des vergers de production.

La KSU (KYSU) possède une collection de 1700 accessions, originaire de 17 états, qui constitue le conservatoire national et la banque de gènes de l'USDA pour Asimina triloba.

Asimina triloba (Asiminier, pawpaw) : accessions en cours d'évaluation à la KSU

Asimina triloba (Asiminier, pawpaw) : accessions en cours d'évaluation à la KSU
Crédit : Kentucky State University

 

Asimina triloba (Asiminier, pawpaw) : accessions en cours d'évaluation à la KSU

Asimina triloba (Asiminier, pawpaw) : accessions en cours d'évaluation à la KSU
Crédit : Kentucky State University

 

Asimina triloba (Asiminier, pawpaw) : accessions en cours d'évaluation à la KSU

 Asimina triloba (Asiminier, pawpaw) : accessions en cours d'évaluation à la KSU
Crédit : Kentucky State University

L'université a créé un site Internet autonome par rapport à son site institutionnel et entièrement consacré à l'Asiminier. C'est le site le plus riche existant sur le Net pour cette espèce.

En effet, il présente le programme de recherche (acteurs, événements, contenu, résultats...).

Mais il rassemble aussi tous types d'informations sur l'Asiminier : liste des cultivars commercialisés avec courte description et coordonnées des fournisseurs, photothèque, bibliographie, aspects nutritionnels et médicinaux, recettes, guide de culture, liste de pépinières, liens vers d'autres sources d'informations sur l'Asiminier etc.

La variabilité génétique de l’espèce est importante et il a été possible d’identifier des cultivars à végétation vigoureuse ou modérée, à grands fruits ou petits fruits, avec pulpe blanche, jaune ou orange. Il existe aussi des variétés dont la saveur est plus ou moins astringente etc.

Les possibilités de sélection sont encore importantes. 

Une sélection organisée avec des moyens spécifiques est également en cours afin d’identifier des variétés intéressantes pour leur contenu pharmacologique actif.

 

CULTIVARS

 

La liste ci-dessous a été amorcée à partir du site de la  Kentucky State University.

Les descriptions d'origine sont dérivées de Layne (1997), Jones et al. (1998) ainsi que de K. Pomper. 

La liste a été ensuite étoffée à l'aide de sources documentaires diverses.

La majeure partie des variétés n’ont jamais été correctement comparées (influence des situations climatiques et des conditions pédologiques des différents sites géographiques).

ll faut aussi souligner que certaines des variétés décrites sont en fait presque introuvables.

 

Adam’s Secret
Origine Pennsylvanie. Fruits grands, peu de graines, la peau reste verte même à maturité.

Blue Ridge
Sélectionné dans le Kentucky par Johnny Johnson ; pulpe blanche.

Collins
Sélectionné en Géorgie.

Convis
Sélectionné
 dans les vergers de Corwin Davis ; grands fruits, pulpe jaune.

Davis
Sélection à partir d’une plante sauvage dans le Michigan par Corwin Davis en 1959. Introduite en 1961 de Bellevue, Michigan. Productif ; fruit de volume moyen, long jusqu’à 12,5 cm, peau verte, pulpe jaune, grandes graines. Se conserve bien au réfrigérateur.

Duckworth A
Cultivar pour climat chaud, sélectionné à San Mateo, Floride, par Eric Duckworth ; obtenu par semis de plantes de Louisiane ; arbre de forme pyramidale.
Ce cultivar a des exigences limitées en froid hivernal et est donc adapté à des climats relativement chauds.

Duckworth B
Cultivar pour climat chaud, sélectionné à San Mateo, Floride par Eric Duckworth ; obtenu par semis de plantes de Louisiane ; dimensions d’un gros buisson.
Ce cultivar a des exigences limitées en froid hivernal et est donc adapté à des climats relativement chauds.

Estil
Sélectionné par Nettie Estil à Frankfort, Kentuky. Grands fruits avec une pulpe pâteuse.

Ford Amend
Sélection à partir d’une plante sauvage, à Ford Amend, aux alentours de 1950. Introduite depuis Portland, Orégon. Fruits de taille moyenne. Maturation plus précoce que Sunflower, peau vert-jaunâtre, pulpe jaune.

G-2
Sélection depuis des semis de G.A. Zimmerman par John W. McKay, College Park, Maryland, en 1942.

Georgia
Obtenu par la pépinière italienne Azienda Agricola Bella, à Rivoli (environ 20 km de Turin) ; donné pour autofertile ; production régulière de fruits de mi-saison à pulpe blanc-jaunâtre et d'un poids variant entre 200 et 400 grammes.

Glaser
Sélection par P. Glaser de Evansville, Indiana. Fruits de dimension moyenne.

IXL
Hybride de Overleese et Davis. Grands fruits à pulpe jaune.

Jack’s Jumbo
Sélectionné en Californie par semis de Corwin Davis. Grands fruits.

Kirsten
Hybride de Taytwo x Overleese ; sélectionné par Tom Mansell, Aliquippa, Pennsylvanie.

Kurle
Assez vigoureux ; moyennement productif ; fruits moyens à petits ; peau jaunâtre ; pulpe jaune ; très bonne qualité.

LA Native
Fleurit tardivement, petits fruits. Semble être plus résistant au froid que beaucoup de cultivars.

Little Rosie
Sélectionné par P. Glaser de Evansville, Indiana. Petits fruits ; semble être un excellent pollinisateur.

Lynn’s Favorite
Sélectionné dans les vergers de Corwin Davis ; grands fruits, pulpe jaune.

M-1
Sélection par un semis du cultivar G-2 par John W. McKay, College Park, Maryland, en 1948.

Mango
Sélection à partir d’une plante sauvage à Tifton, Géorgie, par Major C. Collins en 1970. Croissance très vigoureuse. Gros fruits à pulpe de couleur jaune orangé.

Mary Foos Johnson
Sélection à partir d’une plante sauvage au Kansas par Milo Gibson. Les jeunes plantes ont été données ultérieurement au North Willamette Experimental Station, Aurora, Orégon, par Mary Foos Johnson. Fruits larges, peau jaune, pulpe couleur crème, peu de graines.

Mason/WLW
Sélection à partir d’une plante sauvage à Mason, Ohio, par Ernest J. Downing en 1938.

Middletown
Sélection à partir d’une plante sauvage à Middletown, Ohio, par Ernest J. Downing en 1915. Petit fruit.

Mitchell
Sélection à partir d’une plante sauvage à Jefferson, Colorado, Illinois, par Joseph W. Hickman en 1979. Fruits moyens, peau jaune pâle, pulpe jaune, peu de graines.

NC-1
Hybride de Davis x Overleese ; sélectionné par R. Douglas Campbell, Ontario, Canada, en 1976. Vigueur moyenne. Productif. Grands fruits ; peu de graines ; peau fine et jaune, pulpe jaune. Maturité précoce.

Overleese
Sélection à partir d’une plante sauvage à Rushville, Indiana, par W.B. Ward en 1950. Grands fruits, peu de graines ; production par groupes de trois ou cinq fruits,
chacun pesant jusqu’à 300-350 g. Maturité début octobre.

PA-Golden 1
Sélection par semis de la collection George Slate par John Gordon, Amherst, New York. Fruits moyens, peau jaune, pulpe jaune.

PA-Golden 2
Sélection par semis de la collection George Slate par John Gordon, Amherst, New York. Fruits moyens, peau jaune, pulpe jaune.

PA-Golden 3
Sélection par semis de la collection George Slate par John Gordon, Amherst, New York. Fruits moyens, peau jaune, pulpe jaune.

PA-Golden 4
Sélection par semis de la collection George Slate par John Gordon, Amherst, New York. Fruits moyens, peau jaune, pulpe jaune.

Prima 1216
Obtenu par la pépinière italienne Azienda Agricola Montanari Domenico à Faenza  (environ 60 km au sud-est de Bologne) ; donné pour autofertile ; très prolifique ; gros fruits de mi-saison à pulpe jaune d'environ 200 grammes ; bonne saveur.

Rappahannock
Sélection de R. Neal Peterson par semis de plantes du Blandy Experimental Farm. Fruit moyen, pulpe ferme, peu de graines, fentes jaunes sur la peau. Port inhabituel avec des feuilles plates ou érigées (ne pendent pas). Les fruits sont plus visibles. Cultivar breveté.

Prolific
Sélection de Corwin Davis, Bellevue, Michigan, en 1980-90. Très productif. Grands fruits, pulpe jaune.

Rebecca's Gold
Sélection par semis de graines de Corwin Davis, Bellevue, Michigan, par J.M. Riley en 1974. Fruits moyens, pulpe jaune.

Ruby Keenan
Fruit moyen, excellente saveur.

SAA-Overleese
Sélection d’Overleese par semis de John Gordon, Amherst, New York, en 1982. Grands fruits, forme ronde, peau verte et pulpe jaune.

SAA-Zimmerman
Sélection par semis de G.A. Zimmermann, de John Gordon, Amherst, New York en 1982. Gros fruits, peau et pulpe jaune, peu de graines.

Shenandoah
Sélectionné  par R. Neal Peterson de semis d’Overleese. Grands fruits, peu de graines, pulpe rafraîchissante, pas trop doux. Cultivar breveté.

Silver Creek
Sélection à partir d’une plante sauvage à Millstedt, Illinois, par K. Schubert. Fruits de dimension moyenne.

Sue
Sélectionné dans le sud de l’Indiana. Fruits moyens, peau jaune, pulpe jaune.

Sunflower
Sélection à partir d’une plante sauvage à Chanute, Kansas, par Milo Gibson en 1970. Prétendu autofertile. Grands fruits par groupes de trois à cinq, pulpe jaune crème, peu de graines. Excellente saveur.

Sunglo
Grand fruit, peau jaune, pulpe jaune, doux et aromatique.

Susquehanna
Sélection de R. Neal Peterson par semis de la collection du Blandy Experimental Farm. Fruits très grands, pulpe ferme, peau fine. Cultivar breveté.

Sweet Alice
Sélection à partir d’une plante sauvage de Virginie Occidentale par Homer Jacobs, de l’Holden Arboretum, Mentor, Ohio, en 1934. Vigueur modérée. Port naturellement compact. Productif. Gros fruits de bonne qualité.

Taylor (Taylor N° 1)
Sélection à partir d’une plante sauvage à Eaton Rapids, Michigan, par Corwin Davis en 1968. Très productif. Maturité précoce. Fruits petits, en groupes jusqu’à sept, peau verte, pulpe jaune. Très bonne qualité.

Taytwo (Taylor N° 2)
Sélection à partir d’une plante sauvage à Eaton Rapids, Michigan, par Corwin Davis en 1968. Fruits petits, peau vert clair, pulpe jaune.

Tollgate
Grands fruits, pulpe jaune.

WelIs
Sélection à partir d’une plante sauvage à Salem, Indiana, par David Wells en 1990. Fruits petits, peau verte, pulpe jaune-orange.

White
Sélectionné dans le Kentuky par Johnny Johnson ; pulpe blanche.

Wilson
Sélection à partir d’une plante sauvage sur la Black Mountain, Harlan Colorado, Kentuky, par John V. Creech en 1985. Fruit petit, peau jaune, pulpe jaune.

Zimmerman
Sélectionné dans l'état  New York à partir de graines de G.A. Zimmerman par George Slate.

 

 

Retour début article Début article    Retour liste des articles Articles Asiminier