Les fruitiers rares
 
Articles généraux      Espèces      Groupes      Pépinières      Non-French items

 


Accueil > Groupes > Fruitiers méditerranéens et subtropicaux > Goyavier de Cattley (feuillage, floraison)

 

Article publié en 2014
Enrichi en 2020
Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET
Tous droits réservés

 

 

Goyavier de Cattley : observation

du feuillage et de la floraison

 

 

 

Le Goyavier de Cattlley (Psidium cattleianum Sabine), qui produit des fruits rouges, et sa variété à fruits jaunes (Psidium cattleianum var. lucidum Hort.) appartiennent à la famille des Myrtaceae et sont originaires du Brésil.

En France, les personnes qui connaissent Psidium cattleianum Sab. le désignent souvent par le nom de Goyavier de Cattley, mais on rencontre aussi les noms de Goyavier Fraise et Goyavier de Chine (qui me paraissent fantaisistes...).

La variété à fruits jaunes n'a pas de nom français. Pour la désigner, on entend souvent : Goyavier de Cattley à fruits jaunes ou Goyavier Fraise à fruits jaunes.

Il ne faut pas confondre le Goyavier de Cattley (et surtout sa variété à fruits jaunes) avec le Goyavier vrai (Psidium gujava L.), espèce tropicale beaucoup moins rustique qui produit de gros fruits jaunes. Ce sont les fruits de Psidium gujava L. que l'on trouve sur les étals sous le nom de goyave.

J'ai expérimenté la culture du Goyavier de Cattley et de sa variété à fruits jaunes en plein champ pendant dix ans (voir rapport d'expérimentation) et, aujourd'hui, je cultive quatre pieds de Goyavier de Cattley dans mon jardin de la région de Toulon (trois à fruits rouges d'origines différentes et un à fruits jaunes).

Je rapporte ci-après mes observations du feuillage et de la floraison de cette espèce.

 

OBSERVATION DU FEUILLAGE

 

ASPECT GENERAL

Je dois souligner que la faiblesse de croissance observée pendant les dix années de l’essai de culture n’a pas altéré l’attrait ornemental du feuillage persistant des plants de Goyavier de Cattley.

Même après une reconstitution dans la saison, consécutivement à une défoliation hivernale partielle ou totale lors des épisodes de grands froids évoqués supra (observations de rusticité).

Psidium cattleianum Sab. : feuillage persistant attractif

Psidium cattleianum Sab. : feuillage persistant attractif

 

DISPOSITION DES FEUILLES SUR LE RAMEAU

En examinant un rameau, j’observe queles feuilles sont opposées décussées : le long de la tige, elles se trouvent au même niveau par deux, se faisant face de part et d'autre de celle-ci, et chaque paire de feuilles opposées forme un angle de 90° avec la paire suivante et la paire précédente.

Psidium cattleianum Sab. : feuilles opposées décussées (aspect général du rameau)

Psidium cattleianum Sab. : feuilles opposées décussées (aspect général du rameau)

 

Psidium cattleianum Sab. : feuilles opposées décussées (détail de la disposition)

Psidium cattleianum Sab. : feuilles opposées décussées (détail de la disposition)
(noter : une paire de feuilles opposées forme un angle de 90 ° avec les paires suivante et précédente)

 

Psidium cattleianum Sab. : feuilles opposées décussées

Psidium cattleianum Sab. : feuilles opposées décussées (détail de la disposition)
(noter : une paire de feuilles opposées forme un angle de 90 ° avec les paires suivante et précédente)

 

DETAIL DE LA FEUILLE

L'examen des feuilles de plusieurs rameaux sur différents plants (exemple sur photographie suivante) m'a permis de déterminer les caractéristiques individuelles de celles-ci.

Psidium cattleianum Sab. : feuilles (rameau de l'année)

Psidium cattleianum Sab. : feuilles (rameau de l'année)

J'ai noté que les feuilles, plutôt petites et de taille variable, sont coriaces et vernissées.

De forme elliptique à sublancéolée, entières (bord lisse) et à pétiole court. Base cunéiforme à atténuée ; sommet aigu à acuminé, parfois obtus ou émarginé.

Psidium cattleianum Sab. : différents sommets de feuilles

Psidium cattleianum Sab. : différents sommets de feuilles
(à droite, premier plan : aigu ; en bas : acuminé ; en haut, arrière-plan : émarginé)

 

STIPULES DES FEUILLES

Sur les photographies en plan rapproché, je note la présence de deux stipules sétacées situées de part et d'autre de la base des feuilles (base du pétiole, pour les feuilles assez âgées pour que celui-ci soit différencié). Brunes et légèrement recourbées, elles sont quasiment invisibles à l'oeil nu.

Psidium cattleianum Sab. : stipules de part et d'autre de la base des feuilles

Psidium cattleianum Sab. : stipules de part et d'autre de la base des feuilles

 

Psidium cattleianum Sab. : stipules de part et d'autre de la base des feuilles

Psidium cattleianum Sab. : stipules de part et d'autre de la base des feuilles

 

Psidium cattleianum Sab. : stipules de part et d'autre de la base des feuilles

Psidium cattleianum Sab. : stipules de part et d'autre de la base des feuilles
(à gauche, à la base d'un pétiole ; à droite, à la base d'une feuille au pétiole non encore différencié)

Sur les agrandissements photographiques, je remarque que les stipules associées à une feuille ne tombent pas en même temps que celle-ci.

Psidium cattleianum Sab. : stipules au point d'attache des pétioles des feuilles tombées

Psidium cattleianum Sab. : stipules au point d'attache des pétioles des feuilles tombées
(sauf en haut, à gauche, les feuilles sont tombées ; les stipules sont restées aux points d'attache des pétioles)

Je pense que les stipules de la base des feuilles finissent par se dessécher à la suite de la chute de celles-ci, mais je n'ai pas réalisé d'observations permettant d'établir dans quel délai, ni même de l'assurer de façon certaine.

J'ai pu observer de façon rare la présence de quatre stipules (au lieu de deux) à la base des feuilles.

Psidium cattleianum Sab. : stipules au nombre de quatre à la base de la feuille (cas rare)

Psidium cattleianum Sab. : stipules au nombre de quatre au point d'attache du pétiole d'une feuille tombée
(au centre, cas rare - noter : les quatre stipules sont placées sur le rebord de la cicatrice laissée par la feuille)

 

COMPARAISON FEUILLAGE ESPECE TYPE ET VARIETE

J'ai remarqué que le feuillage de la variété à fruits jaunes est légèrement plus clair que celui de l’espèce type à fruits rouges. Cette différence est visible à l'oeil nu, mais je concède aisément qu’il faut posséder un œil averti pour la distinguer sur les plants.

Psidium cattleianum Sab. : comparaison couleur des feuilles espèce type et variété à fruits jaunes

Psidium cattleianum Sab. : comparaison couleur des feuilles espèce type et variété à fruits jaunes
(une feuille de la variété à fruits jaunes, plus claire, a été insérée dans un groupe de feuilles de l'espèce type)

 

Psidium cattleianum Sab. : comparaison couleur des feuilles espèce type et variété à fruits jaunes

Psidium cattleianum Sab. : comparaison couleur des feuilles espèce type et variété à fruits jaunes
(une feuille de la variété à fruits jaunes, plus claire, a été insérée dans un groupe de feuilles de l'espèce type)

Cette différence de couleur est plus ou moins marquée, mais existe toujours. Il convient d'examiner les feuilles du bois de 1 an et plus, de façon à éliminer les couleurs plus claires des jeunes feuilles des rameaux de l'année.

Psidium cattleianum Sab. : comparaison des feuilles (espèce type, à gauche ; variété à fruits jaunes, à droite)

Psidium cattleianum Sab. : comparaison des feuilles (espèce type, à gauche ; variété à fruits jaunes, à droite)
(feuilles prélevées sur du bois de 1 an ; noter trois différences : couleur du limbe, nervure centrale, autres nervures)

Une deuxième différence visible à l'oeil nu est l'aspect de la nervure centrale sur l'avers de la feuille : verdâtre (parfois brunâtre) et fine chez l'espèce type, elle est jaunâtre et plus large chez la variété à fruits jaunes. La différence de largeur est plus nette sur les deux premiers tiers à partir du pétiole.

Une troisième différence est souvent perceptible sur l'avers du limbe : la nervation est nettement plus visible chez la variété à fruits jaunes. En particulier, en périphérie (le long du bord de la feuille) et au niveau des nervures tertiaires qui constituent un maillage entre les nervures secondaires.

Cependant, ce troisième critère de différenciation n'est pas toujours présent. Pour un même plant de la variété à fruits jaunes, il est visible à l'oeil nu sur certaines des feuilles, mais, pour d'autres, il n'existe pas ou il faut recourir à la loupe pour l'observer. De plus, de façon exceptionnelle, les nervures périphériques et tertiaires sont nettement perceptibles à la loupe sur certaines feuilles d'un plant de l'espèce type.

 

OBSERVATION DE LA FLORAISON

 

EPOQUE

J'ai remarqué que la floraison de la variété à fruits jaunes de Psidium cattleianum Sab. est plus précoce que celle de l'espèce type à fruits rouges. Cela peut paraître surprenant car la fructification de la variété à fruits jaunes est plus tardive que celle de l'espèce type.

J'ai pu observer que lors des hivers doux les premiers boutons floraux de la variété à fruits jaunes apparaissent dès la première décade de février. Ceux de l'espèce type à fruits rouges ne commençant à émerger qu'à la mi-mars.

 

POSITION DES FLEURS SUR LE PLANT

J'ai noté que la floraison se produit uniquement sur les rameaux de l'année.

Lors de leur émergence et pendant leur allongement, ceux-ci sont verdâtres lavés de rouge. Les feuilles les plus développées, situées à leur extrémité, sont de couleur rouille.

Psidium cattleianum Sab. : rameaux de l'année florifères, tranchant par leur couleur sur le feuillage âgé

Psidium cattleianum Sab. : rameaux de l'année florifères, tranchant par leur couleur sur le feuillage âgé

Les rameaux de l'année naissent principalement sur les rameaux de l'année précédente (bois de un an). Mais j'ai observé aussi, plus rarement, l'émergence de rameaux porteurs de fleurs sur du bois de charpentières âgées de plusieurs années.

Sur le rameau de l'année précédente, les rameaux de l'année porteurs de fleurs sont souvent issus des bourgeons qui encadrent le bourgeon apical, à l'aisselle des deux dernières feuilles. Mais ils sont nombreux à naître de façon axillaire le long du rameau.

Psidium cattleianum Sab. : émergence des rameaux de l'année florifères

Psidium cattleianum Sab. : émergence des rameaux de l'année florifères
(noter les rameaux de l'année au sommet et le long du rameau de 1 an)

 

Psidium cattleianum Sab. : émergence d'un rameau de l'année florifère au sommet d'un rameau de 1 an

Psidium cattleianum Sab. : émergence d'un rameau de l'année florifère au sommet d'un rameau de 1 an
(noter : le rameau de l'année est issu d'un bourgeon situé à l'aisselle d'une des deux dernières feuilles du rameau de 1 an)

Au fur et à mesure de l'allongement du rameau de l'année, des boutons floraux apparaissent et j'ai remarqué que ceux-ci se concentrent principalement au début du rameau (premiers nœuds).

 

EVOLUTION DES FEUILLES ACCOMPAGNATRICES DES FLEURS

Sur les rameaux de l'année, les feuilles se présentent initialement sous forme d'écailles (d'abord verdâtres, puis rougeâtres) plaquées le long de la tige.

Certaines de ces feuilles à l'état d'écailles rougeâtres s'écartent de la tige et laissent apparaître à leur aisselle un bouton floral verdâtre muni de deux bractéoles rougeâtres.

Psidium cattleianum Sab. : feuilles initialement sous forme d'écailles rougeâtres plaquées contre le rameau

Psidium cattleianum Sab. : feuilles initialement sous forme d'écailles rougeâtres plaquées contre le rameau
(une des feuilles laisse apparaître un bouton floral, dont on aperçoit une des deux bractéoles rougeâtres)

Lorsque le bouton floral commence à grandir, dans un nombre important de cas, la feuille qui lui est accolée sèche et finit par tomber alors qu'elle est toujours au stade d'écaille.

Psidium cattleianum Sab. : dessèchement et détachement à l'état d'écailles des feuilles accompagnant les boutons floraux

Psidium cattleianum Sab. : dessèchement et détachement à l'état d'écailles des feuilles accompagnant les boutons floraux

Mais, dans d'autres cas, la feuille accompagnatrice se développe en même temps que le bouton floral, en s'étirant et en quittant progressivement l'état d'écaille. Un pétiole court se forme et le limbe se constitue, prenant tout d'abord une couleur rouille. A complet développement, le limbe virera au vert clair (le vert deviendra plus foncé lorsque la feuille sera âgée).

Psidium cattleianum Sab. : feuilles accompagnatrices de boutons floraux - 3 stades de développement

Psidium cattleianum Sab. : feuilles accompagnatrices de boutons floraux - 3 stades de développement
(écaille rougeâtre, au bas ; allongée sans pétiole et verdâtre, à droite ; avec pétiole et de couleur rouille, à gauche)

 

EMERGENCE DE BOUTONS FLORAUX AU-DESSUS DE CICATRICES DE FEUILLES

Sur les courts rameaux de l'année commençant à se développer (taille inférieure à 2 cm), j'ai pu examiner à la loupe des boutons floraux venant d'émerger (taille de 1 à 2 mm) et constater qu'ils se situaient à l'aisselle de cicatrices de feuilles tombées.

Psidium cattleianum Sab. : rameau de l'année (rougeâtre) en cours de développement ; longueur réelle : 18 mm

Psidium cattleianum Sab. : rameau de l'année (rougeâtre) en cours de développement ; longueur réelle : 18 mm
(noter, avant les 2 feuilles terminales, les boutons floraux sans leurs feuilles accompagnatrices)

 

Psidium cattleianum Sab. : quatre boutons floraux avec cicatrices de feuilles tombées

Psidium cattleianum Sab. : quatre boutons floraux (tailles 1 à 2 mm) à l'aisselle de cicatrices de feuilles tombées
(noter que les boutons floraux viennent d'émerger et que les fleurs ne sont pas encore différenciées)

Cette observation fait ressortir le caractère très précoce de la chute de certaines feuilles (en fait, au stade de minuscules écailles verdâtres) et révèle que l'absence de feuilles n'entrave pas l'émergence et le développement de boutons floraux à l'aisselle des cicatrices des feuilles tombées.

La chute extrêmement précoce des feuilles n'inhibe pas l'activité des méristèmes situés à l'aisselle de celles-ci.

 

DISPOSITION DES FLEURS SUR LE RAMEAU

La disposition des fleurs le long du rameau est opposée décussée, suivant celle des feuilles à l'aisselle desquelles elles se trouvent.

Psidium cattleianum Sab. : boutons floraux, en position opposée décussée sur rameau de l'année

Psidium cattleianum Sab. : boutons floraux, en position opposée décussée sur rameau de l'année

 

Psidium cattleianum Sab. : boutons floraux, en position opposée décussée

Psidium cattleianum Sab. : boutons floraux, en position opposée décussée

 

DETAIL DE LA FLEUR

Lorsque le bouton floral apparaît nettement, je distingue 4 sépales courts verts collés les uns aux autres et surmontant un ovaire cunéiforme verdâtre lavé de rouge, porté par un court pédoncule de même couleur que lui.

A la limite entre le pédoncule et l'ovaire se trouvent deux bractéoles (préfeuilles) assez larges et pointues, de couleur rougeâtre, en position opposée.

Psidium cattleianum Sab. : boutons floraux non ouverts à l'aisselle de feuilles en forme d'écailles

Psidium cattleianum Sab. : boutons floraux non ouverts à l'aisselle de feuilles en forme d'écailles
(noter les bractéoles rougeâtres à la limite pédoncule / ovaire)

J'ai remarqué que les bractéoles sèchent assez rapidement et tombent avant l'ouverture du bouton floral.

Psidium cattleianum Sab. : dessèchement et chute des bractéoles du boutons floral

Psidium cattleianum Sab. : dessèchement et chute des bractéoles du boutons floral
(on peut remarquer que la feuille accompagnatrice de la fleur s'est bien développée)

Sur les photographies en plan rapproché, je note que les deux stipules de la base des feuilles sont déjà présentes alors que la feuille est au stade d'une écaille rouge accompagnant les boutons floraux (sans pétiole différencié).

Psidium cattleianum Sab. : stipules de part et d'autre de la base de la feuille rougeâtre accompagnant le bouton floral

Psidium cattleianum Sab. : stipules de part et d'autre de la base de la feuille rougeâtre accompagnant le bouton floral
(on peut aussi remarquer les stipules à la base des feuilles situées au-dessus du bouton floral)

Les agrandissements photographiques révèlent l'existence de deux stipules sétacées situées de part et d'autre de la base des bractéoles (à la jonction de l'ovaire et du pédoncule), minuscules et totalement invisibles à l'oeil nu. J'ai noté qu'elles ne tombent pas en même temps que les bractéoles.

Psidium cattleianum Sab. : stipules de part et d'autre de la base des bractéoles de la fleur

Psidium cattleianum Sab. : stipules de part et d'autre de la base des bractéoles de la fleur
(fleur à gauche : stipule visible au bas de la bractéole en cours de détachement)
(fleur à droite : les deux stipules de la bractéole sont restées en place après la chute de celle-ci)

Je pense que les stipules de la base des bractéoles finissent par se dessécher à la suite de la chute de celles-ci, mais je n'ai pas réalisé d'observations permettant d'établir dans quel délai, ni même de l'assurer de façon certaine.

 

EVALUATION DE LA FLORAISON

Si, après mes nombreuses années d’observation, je considère que le feuillage de Psidium cattleianum Sab. constitue un réel atout ornemental, il n’en est pas de même pour sa floraison, en fait insignifiante.

Celle-ci ne provoque pas d’effet de masse spectaculaire, tel qu'observé chez le Myrte.

Les fleurs blanches minuscules s'ouvrent de façon échelonnée, par petits groupes de deux à quatre.

Psidium cattleianum Sab. : fleurs

Psidium cattleianum Sab. : fleurs

Les fleurs sont typiques de la famille des Myrtaceae. Qui a vu une fleur de Myrte a vu une fleur de Goyavier de Cattley.

Psidium cattleianum Sab. : fleur

Psidium cattleianum Sab. : fleur

La fanaison intervient rapidement.

Psidium cattleianum Sab. : fleurs commençant  se faner

Psidium cattleianum Sab. : fleurs commençant  se faner

 

Psidium cattleianum Sab. : fleurs fanées (noter la taille minuscule)

Psidium cattleianum Sab. : fleurs fanées (noter la taille minuscule)

 

Psidium cattleianum Sab. : fleurs fanées

Psidium cattleianum Sab. : fleurs fanées
(étamines, style et stigmate desséchés sur chaque fleur ; les pétales blancs ont séché et sont tombés)

 

Je livre dans un autre article mes observations de fructification de Psidium cattleianum Sab. et de sa variété à fruits jaunes, ainsi que mon expérience de la consommation de leurs fruits.

 

 

Retour début de l'article Début article   Retour au répertoire des articles fruitiers classiques Fruitiers subtropicaux