Fleurs de figuier à ciel ouvert (!)

Auteur : Francois Drouet

 

 

Article publié en 2014
Crédit photographies : François Drouet
Tous droits réservés

 

A la mi-juillet, je parcourais mes plantations de figuiers en photographiant des bourgeons lorsque mon attention fut attirée par un curieux phénomène.

Au sommet d'une jeune branche d'une touffe d'une quinzaine d'années de la variété Bellone, à environ 2,5 m du sol, j'aperçus deux figues minuscules collées l'une à l'autre avec entre elles des pillosités semblant sortir d'une excroissance fendue dans le sens de la hauteur. Impossible de savoir à l'oeil nu en quoi consistaient ces pillosités.

A tout hasard, je pris quelques photographies et, geste que je regretterai plus tard, après avoir abaissé la jeune branche souple, j'éliminai d'un coup de main les deux figues, comme je le fais lorsque je détecte des figues malformées qui ne se développeront pas.

Puis je continuai ma promenade photographique consacrée aux bourgeons de figuier...

Le soir, lors du dépouillement des photographies, j'eus une grande surprise : j'avais photographié des fleurs de figuier à ciel ouvert !

Bien sûr, les fleurs du figuier n'éclosent pas en plein air. Elles restent dans le réceptacle (sycone) de la figue dont elles tapissent la paroi interne. On ne peut les voir qu'en ouvrant la figue et en examinant l'intérieur avec une loupe.

Mais, sur ma photographie, les fleurs étaient à l'extérieur de la figue et celle-ci était toujours sur l'arbre...

Ficus carica : curieux phénomène de fleurs à ciel ouvert

Ficus carica : curieux phénomène de fleurs à ciel ouvert
(variété unifère 'Bellone')

Une vue plus rapprochée (photographie ci-dessous) montre qu'une ébauche de figue est accolée à la figue supérieure, telle une protubérance venant s'intercaler entre les deux figues. Cette figue incomplètement formée présente à l'air libre une partie de la paroi interne du sycone. La figue inférieure est normale.

Ficus carica : curieux phénomène de fleurs à ciel ouvert

Ficus carica : curieux phénomène de fleurs à ciel ouvert
(variété unifère 'Bellone')

En fait, au stade de développement observé, ce que l'on voit, ce ne sont pas des fleurs, mais des fruits. L'ensemble des fruits, chacun attaché à la paroi intérieure du sycone par un pédoncule assez long, constituent une infrutescence qui a remplacé l'inflorescence initiale.

Chaque fruit est une drupe (avec un noyau au sens botanique, appelé communément graine) résultant d'une fleur. Le fruit a conservé la structure générale de la fleur femelle, toutefois légèrement déformée et nettement ramollie. La couleur est passée du blanc (fleurs) au jaune rougeâtre (fruits).

La première impression est que les fruits sont surdimensionnés, comme si l'absence de paroi pour les contenir avait favorisé un développement plus libre et donc plus important que celui des fleurs et fruits contraints à un espace réduit à l'intérieur d'un sycone parfait.

Sur la photographie ci-dessous, on distingue mieux les fruits.

      Ficus carica : curieux phénomène de fruits à ciel ouvert

Ficus carica : curieux phénomène de fruits à ciel ouvert
(variété unifère 'Bellone')

J'observe une zone rougeâtre qui a le même aspect et la même couleur que l'ostiole bien formé de la figue supérieure. Il semble que ce soient des écailles ostiolaires disposées en arc de cercle, présomption du début de formation d'un ostiole. Je distingue nettement les fruits, qui ont l'apparence d'oiseaux à long cou car ils conservent la structure générale de la fleur femelle longistylée, bien que ramollis et légèrement déformés.

La forme d'oiseau est donnée par l'ovaire gonflé (contenant une graine) qui porte un style allongé terminé par la zone noirâtre des stigmates et qui s'est recourbé.

Le long de la zone rougeâtre qui semble être un ostiole malformé, il me semble reconnaître des fleurs mâles plus ou moins fermées, mais je ne saurais être affirmatif. L'observation de fleurs mâles dans cette zone est possible car les fleurs mâles de la figue sont situées à proximité de l'ostiole.

Ficus carica : fruits à ciel ouvert        icus carica : fleurs mâles (?) à ciel ouvert

Ficus carica : fruits, à gauche, et fleurs mâles (?), à droite
(les fruits ont une forme proche de celle des fleurs femelles)

Après avoir fait cette découverte, j'ai regretté de ne pas pouvoir photographier de plus près les fruits sur l'arbre, à l'aide d'un escabeau. J'avais, trop rapidement, arraché les figues...

La parcelle des figuiers ayant été récemment tondue, je suis allé le lendemain après-midi essayer de retrouver les figues jetées au sol. Connaissant bien mes arbres, je n'ai pas eu de difficultés.

Les deux figues accolées avaient néanmoins commencé à sécher. J'ai rapidement abandonné ma tentative de photographies sur table en constatant que les premières photographies faisaient apparaître des figues défraîchies et des fruits flétris.

J'ai pu toutefois mesurer précisément la malformation. Longueur de la figue supérieure, excroissance centrale incluse : 1,7 cm ; hauteur de la zone avec fruits à ciel ouvert : 1 cm.

J'ai fait une autre observation, qui m'a conduit à des investigations complémentaires.

J'ai remarqué que les deux figues ne sont pas disposées côte à côte par rapport à l'axe du pétiole, mais une au-dessus de l'autre et j'ai noté la présence, au-dessus du pétiole, d'un bourgeon marron jouxtant la base des figues (photographie ci-dessous).

Ficus carica : bourgeon végétatif jouxtant les deux figues

Ficus carica : bourgeon jouxtant les figues
(à gauche, juste au-dessus du pétiole de la feuille)

Or, habituellement, lorsque deux figues se développent à l'aisselle de la même feuille, elles sont côte à côte par rapport à l'axe du pétiole et il existe un bourgeon végétatif rudimentaire aplati situé entre leurs bases, disposé verticalement par rapport à l'axe du pétiole.

Je me suis alors demandé si, dans le cas observé, ce bourgeon existe...

Je suis donc allé réaliser une série de photographies en gros plan des points d'attache des figues arrachées.

En plantant un cure-dent (que j'utilise, ainsi qu'une loupe, pour dégager les bourgeons), je peux donner l'échelle et permettre d'appréhender la petitesse de la zone d'observation.

Ficus carica : bases des figues arrachées

Ficus carica : bases des figues arrachées
(la pointe du cure-dent donne l'échelle de la zone d'observation)

Le bourgeon végétatif central, quasi invisible à l'oeil nu, apparaît sur certaines des photographies, du moins sa loge et une écaille protectrice.

Ficus carica : bourgeon végétatif central situé entre les deux bases de figues

Ficus carica : bourgeon végétatif central situé entre les deux bases de figues

Sur la photographie ci-dessus, on voit le pétiole jaune de la feuille, en bas. A l'aisselle du pétiole, on observe deux cicatrices de figues (marron pour la figue inférieure, blanche pour la figue malformée) et on aperçoit en haut à gauche le trou laissé par la figue supérieure, bordé par des écailles (bractées basales de la figue). Sur le côté de la cicatrice marron de la figue inférieure, à gauche de sa partie haute, on distingue nettement une loge ovale individualisée. A l'intérieur de cette dernière, apparaît une écaille marron, au-dessous d'une pointe blanchâtre appartenant à la cicatrice de la figue malformée. Cette écaille protège le bourgeon végétatif que je recherche.

A l'aide de la loupe et du cure-dent, j'ai fait tomber l'écaille précitée et j'ai mis à nu le bourgeon végétatif central.

Rappelons-nous la configuration générale de la zone observée, par la photographie ci-dessous.

Ficus carica : bourgeon végétatif central situé entre les deux bases de figues

Ficus carica : bourgeon végétatif central situé entre les deux bases de figues

Procédons à un examen détaillé grâce à une vue plus rapprochée.

Ficus carica : bourgeon végétatif central situé entre les deux bases de figues

Ficus carica : bourgeon végétatif central situé entre les deux bases de figues

Sur la photographie ci-dessus, on remarque, sur la gauche, le pétiole jaune de la feuille. A l'aisselle du pétiole, en haut, contre le rameau, se trouve un bourgeon aux écailles de couleur marron, avec une pointe verdâtre vers le pétiole. Dans son prolongement, vers le bas, on distingue de gauche à droite la cicatrice marron de la figue inférieure, la cicatrice blanche de la figue malformée et le trou laissé par la figue supérieure, bordé par des écailles (bractées basales de la figue). Se reporter si besoin à la deuxième photographie de l'article pour la disposition des trois figues arrachées. Entre la cicatrice marron et la cicatrice blanche, collée à une pointe blanchâtre située au bord du trou laissé par la figue supérieure, on observe la loge du bourgeon végétatif. Au bas de la loge, la boule verdâtre est le bourgeon végétatif mis à nu, avec au-dessus de lui deux reliquats d'écailles qui se rejoignent au sommet.

Ainsi, à l'origine, il existait trois bourgeons (deux bourgeons à figue encadrant un bourgeon végétatif central rudimentaire). On observe assez rarement cette configuration de bourgeons, ceux-ci se présentant généralement par deux.

Mais deux questions se posent.

Tout d'abord, le bourgeon végétatif est-il central à la figue inférieure et à la figue malformée, ou l'est-il à la figue inférieure et à la figue supérieure, la figue intercalaire malformée n'étant dans ce cas qu'une anomalie de développement de la figue supérieure ?

Par habitude de la disposition du bourgeon végétatif central dans le cas de deux figues portées à l'aiselle d'une même feuille, je répondrais que le bourgeon est central à la figue inférieure et à la figue supérieure.

Mais les deux bourgeons à figue, donc les deux figues, auraient dû se trouver côte à côte par rapport à l'axe du pétiole et non l'un au-dessus de l'autre.

D'autre part, comment expliquer la présence du second bourgeon à l'aisselle de la feuille ? Celui qui jouxte les trois figues, comme nous l'avons vu plus haut dans l'article.

J'ai élaboré plusieurs hypothèses, mais je dois avouer que je ne sais pas expliquer la situation observée.

La consultation de ma bibliographie spécialisée, incluant notamment la thèse de Niyazi Karabiyik (université de Toulouse, 1971) qui est le document de référence sur les bourgeons du figuier, ne m'a pas fourni l'explication. Il en est de même pour les recherches approfondies que j'ai menées sur l'Internet français, anglais et italien.

Le Figuier, qui m'a surpris par sa floraison et sa fructification à ciel ouvert, me cache encore une partie de son intimité...

Mais ne m'en a-t-il pas déjà dévoilé beaucoup ?

 

Début d'article     Liste des articles