Cornus officinalis Siebold & Zucc.
(quelques observations de culture)

Auteur : François Drouet

 

  

Article publié en 2015
Crédit photographies : François Drouet
Tous droits réservés

 

J'ai planté sur le littoral méditerranéen, dans la région de Toulon, une collection de cultivars de Cornouiller mâle (Cornus mas L.), dont les premiers sujets ont une vingtaine d'années. 

J'ai introduit également en collection Cornus officinalis Siebold & Zucc., le Cornouiller officinal, espèce originaire de Chine.

J'avais noté dans la littérature qu'il s'agit d'une espèce très proche du Cornouiller mâle européen (Cornus mas L.) et je souhaitais comparer les deux espèces.

J'ai trouvé un spécimen greffé chez une pépinière française qui présente un choix très intéressant de fruitiers sauvages (Pépinière Christian Bessard, 01310 Polliat).

Au bout de quelques années de culture, j'ai effectivement constaté que cette espèce présente des caractéristiques très proches de Cornus mas L., à tel point que, morphologiquement je suis incapable de les différencier...

En parcourant l'Internet français, anglais et italien, je n'ai trouvé que des informations plus ou moins fiables qui font état de différences mineures portant sur la feuille et la fleur, que je n'ai même pas tenté de vérifier tant elles me paraissent dérisoires.

J'ai toutefois pu remarquer que Cornus officinalis est une espèce plus vigoureuse que Cornus mas. Mon spécimen a poussé en effet plus vite et est plus grand que les sujets de Cornus mas plantés en même temps que lui, il y a une douzaine d'années. Ses branches sont de plus fort diamètre.

J'ai lu que Cornus officinalis préfère les terres fraîches. C'est peut-être vrai, je n'ai pas pu le vérifier, mais je puis attester que mon spécimen connaît une bonne croissance sous le climat du littoral méditerranéen qui est le mien. Je lui fournis un arrosage généreux une fois tous les quinze jours en période sèche.

Mon sol est un limon argilo-sableux très profond de pH 7,4.

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : arbuste en feuilles

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : arbuste en feuilles, âgé d'une douzaine d'années

J'observe les mêmes feuilles que pour le Cornus mas : caduques, opposées, simples, non dentées, avec une nervation caractéristique. Mêmes fleurs jaunes, de très petite taille, regroupées en inflorescences, apparaissant avant le feuillage de façon très précoce (février dans ma région).

J'ai lu que la floraison interviendrait un peu plus tôt que celle du Cornus mas (une semaine...). Je n'y ai, pour ma part, pas prêté attention.

J'ai lu également qu'il existerait une différence d'aspect de l'écorce, qui s'exfolierait de façon spectaculaire sur les sujets âgés de Cornus officinalis. Je n'ai pas pu le vérifier, mon spécimen de Cornus officinalis étant trop jeune.

Les fruits, semblables à des olives rouges, ont les mêmes caractéristiques (taille, aspect et saveur) que celles du Cornus mas.

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : feuilles et fruits

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : feuilles et fruits

J'ai noté que la taille des fruits est nettement plus importante que celle des fruits du Cornus mas de l'espèce-type (cornouilles sauvages).

Mon spécimen étant greffé, il s'agit peut-être d'une sélection à gros fruits...

Mais la taille des fruits reste très inférieure à celle des cultivars fruitiers de Cornus mas d'origine ukrainienne que je cultive, qui atteint le triple de la taille de mes cornouilles sauvages.

Les fruits présentent la forme d'une olive allongée à l'extrémité aplatie.

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruit

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruit

La littérature indique généralement que Cornus officinalis se caractérise par un feuillage virant au rouge à l'automne, ce qui lui confère un attrait ornemental à cette époque. Mais je ne l'ai pas constaté sur mon spécimen. Comme l'atteste la photographie ci-dessous, le feuillage prend une teinte jaunâtre à l'automne, ainsi que pour la quasi-totalité de mes cultivars de Cornus mas. Le seul sujet que je cultive qui prend à l'automne une couleur rouge très ornementale est le Cornus mas 'Red Star'.

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : feuillage d'automne

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : feuillage d'automne

Mais, malgré son identité morphologique avec le Cornus mas (hormis sa vigueur plus importante), j'apprécie tout particulièrement Cornus officinalis et je recommande vivement de le planter en complément de Cornus mas.

Pourquoi ?

Parce qu'il présente deux caractéristiques intéressantes qui le différencient de Cornus mas.

La première : les cornouilles arrivent à maturité beaucoup plus tardivement que celles du Cornus mas (six à huit semaines ; octobre chez moi, sur le littoral méditerranéen, région de Toulon). Cette fructification automnale permet d'allonger significativement la saison de récolte des cornouilles. Le Cornus mas fructifiant chez moi courant juillet et les cultivars les plus tardifs que je cultive, tel 'Jolico', y fructifiant fin août/début septembre, je puis récolter des cornouilles de mi-juillet à fin octobre.

La seconde : cette espèce conserve une grande partie des fruits sur l'arbre après la chute des feuilles, ce qui constitue un spectacle très plaisant.

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fructification automnale

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fructification automnale

 

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fructification persistant après la chute des feuilles

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fructification persistant après la chute des feuilles

 

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruits sur l'arbre après la chute des feuilles

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruits sur l'arbre après la chute des feuilles

 

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruits sur l'arbre après la chute des feuilles

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruits sur l'arbre après la chute des feuilles

La fructification de Cornus officinalis est abondante et régulière (pas d'alternance).

J'ignore si cette espèce nécessite une interpollinisation pour fructifier, comme c'est le cas du Cornus mas (il faudrait alors planter au moins un deuxième spécimen, de variété différente ou issu de semis, à proximité). En effet, je n'ai jamais cultivé le Cornus officinalis de façon isolée. Mon spécimen se situe à proximité immédiate de ma collection de cultivars de Cornus mas.

La fructification est assez longue (un mois ou plus).

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruits mûrs en automne

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruits mûrs en automne

 

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruits mûrs en automne

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruits mûrs en automne

Une partie des cornouilles chutent à maturité et je les ramasse souvent au sol. Elles y ont d'ailleurs une bonne faculté de conservation et ne s'y dégradent pas rapidement. Ce sont des fruits climactériques (c'est à dire qu'ils continuent à mûrir hors de l'arbre). Ainsi, les cornouilles continuent à mûrir au sol. Je les récolte aussi sur l'arbuste lorsqu'elles ont une couleur foncée et je les laisse finir de mûrir à la température ambiante de la maison.

Comme je le fais pour ceux de Cornus mas, je consomme les fruits de Cornus officinalis crus ou en gelée. Je n'ai jamais essayé la confiture car cela ne m'attire pas. Pour la consommation crue, il faut savoir reconnaître le stade de perte d'acidité.

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruits mûrs en automne

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruits mûrs en automne
(noter les nombreux boutons floraux jouxtant les fruits)

Qu'en est-il du goût des fruits de Cornus officinalis ?

Je ne trouve pas de différence de saveur entre ceux-ci et les fruits du Cornus mas.

Les cornouilles, de couleur verte lorsqu'elles ne sont pas mûres, tournent progressivement au rouge vif, ensuite au rouge foncé. Elles ont un goût nettement acide tant qu'elles sont rouge vif et conservent un goût légèrement acide pendant la phase suivante de maturation (couleur rouge foncé). 

La pulpe, de couleur rouge, acide à acidulée selon la maturité, est peu aqueuse. Assez abondante, elle est très adhérente au noyau. Son parfum est discret.

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruits

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruits (cornouilles) rouge vif, donc acides

Au dernier stade de la couleur (rouge foncé), les cornouilles conservent encore une pointe d'acidité marquée, alors qu'elles ont l'air parfaitement mûres. Ceci est d'autant plus trompeur que certaines d'entre elles ont, à ce stade, chuté au sol.

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruits mûrs (couleur rouge foncé)

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruits mûrs (couleur rouge foncé), conservant une pointe d'acidité

En fait, la perte d'acidité ne se reconnaît pas à la couleur. Elle intervient uniquement lorsque la pulpe de la cornouille s'est ramollie, la couleur rouge foncé de la peau restant inchangée entre le stade pulpe dure et celui pulpe molle. C'est donc au toucher que l'on reconnaît les cornouilles devenues douces. Toutefois, un œil exercé reconnaîtra la perte d'acidité à l'aspect de la peau, légèrement détendue par l'amollissement de la pulpe.

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruits commençant à se flétrir (perte d'acidité)

Cornus officinalis Siebold & Zucc. : fruits commençant à se flétrir (perte d'acidité)

Les lecteurs intéressés par le Cornus mas L. pourront consulter un autre article, dans lequel je livre quelques observations de culture de cette espèce, telles qu'elles ressortent de ma pratique effective.

 

Début d'article     Liste des articles