Les fruitiers rares
 
Articles généraux      Espèces      Groupes      Pépinières      Non-French items

 


Accueil > Espèces > Passiflores > Passiflora incarnata L. : observation des caractères botaniques

 

Article publié en 2018
Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET
Tous droits réservés

 

 

Passiflora incarnata L.

Observation des caractères botaniques

 

 

 

Passiflora incarnata L., originaire des Etats-Unis, est la passiflore fruitière la plus résistante au froid (- 15°C), en contrepartie de son comportement d'herbacée.

Il s'agit de ma passiflore préférée.

Depuis une vingtaine d'années, je cultive en pleine terre dans la région de Toulon plusieurs plants de cette espèce, qui s'interpollinisent et fructifient régulièrement.

Je rends compte de mes observations et conseils de culture de Passiflora incarnata L. dans un article spécifique.

Mais, la pratique concrète de cette passiflore m'a aussi amené à observer avec intérêt au fil des années ses caractères botaniques.

Je livre ci-après mes observations détaillées, selon le plan suivant : la tige, la feuille (dont les stipules),  la vrille, le bourgeon végétatif, la fleur, le fruit.

 

OUVRAGES DE REFERENCE

 

Pour l'observation des caractères botaniques, je me suis aidé de deux ouvrages de référence dont je préconise la lecture à ceux qui s'intéressent aux passiflores :

Passiflora - Torsten Ulmer & John M. MacDougal - 2004 - Timber Press - 430 pages (ISBN 0-88192-648-5)

Passion flowers - John Vanderplank - 2000 (third edition) - Marston House - 224 pages (ISBN 1 899296 12 3)

 

LA TIGE

 

S'agissant d'une plante herbacée qui repart des racines chaque année, la tige principale de Passiflora incarnata L. est d'un diamètre faible par rapport à celui des tiges des passiflores vivaces (telle Passiflora caerulea L.) âgées de plusieurs années.

De couleur verdâtre lorsqu'elle est jeune, la tige devient rougeâtre lorsqu'elle prend de la force.

 

SECTION

La tige de Passiflora incarnata L. est cylindrique lorsque elle a pris de la force (chez d'autres espèces de passiflores, la section de la tige peut présenter de 3 à 5 angles).

En gros plan, j'observe qu'elle est striée longitudinalement.

Passiflora incarnata L. : la tige est cylindrique et striée

Passiflora incarnata L. : la tige est cylindrique et striée

La tige des jeunes pousses de Passiflora incarnata L. est quadrangulaire.

Passiflora incarnata L. : les jeunes pousses sont de section quadrangulaire

Passiflora incarnata L. : les jeunes pousses sont de section quadrangulaire
(à gauche, jeune pousse vert foncé avec une bifurcation au sommet ; au centre, il s'agit d'une vrille)

En fait, il s'agit de minuscules pousses de quelques millimètres de long et le phénomène n'est pas vraiment perceptible à l'oeil nu. Il est discernable pour un oeil exercé, mais, pour l'observer, il vaut mieux utiliser une loupe.

 

DEVELOPPEMENT

Dans mon terroir (littoral méditerranéen), Passiflora incarnata L. présente un développement modéré pour une passiflore.

Les tiges principales se développent de 2,5 m à 3 m dans la saison et meurent au début de l'hiver, pour réapparaître la saison suivante, courant mai (comportement d'herbacée).

La tige présente de nombreux noeuds dont la quasi-totalité donne naissance à des ramifications secondaires (tiges et feuilles), ce qui induit une végétation dense.

Selon mes mesures, la longueur de l'entre-noeud la plus fréquente est de 8 à 9 cm, quel que soit l'âge de la tige considérée et quelle que soit la portion de tige mesurée (basse, haute ou médiane).

Il existe bien évidemment quelques variations sur une minorité de tiges. Ainsi, j'ai trouvé quelques entre-noeuds plus longs (dont un d'une longueur de 13 cm) ou plus courts (dont un d'une longueur de 5 cm).

 

EXTREMITE

L'extrémité de la tige présente des tiges secondaires et des feuilles en formation, avec des vrilles à l'aisselle des feuilles.

Passiflora incarnata L. : extrémité d'une tige

Passiflora incarnata L. : extrémité d'une tige

 

TYPOLOGIE DES NOEUDS

L'observation des caractères botaniques de Passiflora incarnata L. m'a permis de dresser une typologie des noeuds.

J'ai constaté que le noeud le plus simple est composé d'une feuille (comportant, à sa base, une paire de stipules) et d'un bourgeon végétatif, situé à l'aisselle de la feuille. Il ne comporte ni vrille, ni fleur. Je l'ai qualifié de noeud de base (NB).

Selon la présence de vrille(s) (V) et/ou de fleur(s) (F) à l'aisselle de la feuille, j'ai pu observer différents autres types de noeuds et établir progressivement la typologie suivante :

NB (assez fréquent)

NB + V  (fréquent)

NB + 2 V (peu fréquent)

NB + F (rare)

NB + 2 F (rare)

NB + V + F (fréquent)

NB + V +  2 F (peu fréquent)

Je n'ai jamais observé 2 vrilles si le noeud comporte une ou deux fleurs.

Je présente les 7 types de noeuds précités, avec photographies, dans les chapitres ci-après consacrés aux différents caractères botaniques de Passiflora incarnata L.

 

LA FEUILLE 

 

La feuille de Passiflora incarnata L., pétiolée, de forme trilobée et au limbe membraneux, est d'un beau vert vernissé sur la face adaxiale (le dessus).

J'ai constaté que, selon les hasards du semis, la couleur de la face adaxiale est plus claire chez certains sujets.

Passiflora incarnata L. : face adaxiale de la feuille

Passiflora incarnata L. : face adaxiale de la feuille

La face abaxiale (le dessous) est de couleur vert pâle. Elle est mate, non vernissée.

Passiflora incarnata L. : face abaxiale de la feuille

Passiflora incarnata L. : face abaxiale de la feuille

Les feuilles sont alternes.

 

FORME ET DIMENSIONS

La feuille trilobée de Passiflora incarnata L. est très découpée ; les lobes sont assez étroits, allongés et pointus.

Passiflora incarnata L. : feuilles trilobées

Passiflora incarnata L. : feuilles trilobées
(noter, à gauche, la vrille accrochée au grillage)

Le lobe central est un peu plus développé que les lobes latéraux.

J'ai mesuré les feuilles les plus grandes, qui sont assez nombreuses. Longueur du lobe central : 13 à 14 cm ; longueur des lobes latéraux : 11 à 11,5 cm ; largeur de la feuille entre les extrémités des deux lobes latéraux : 14 à 16 cm.

Mais les feuilles sont de dimensions très variables sur le même plant. La majorité des feuilles (hors stade juvénile) se répartit dans des dimensions équivalant à la moitié ou aux deux tiers des dimensions des feuilles les plus grandes.

 

VARIATIONS DE FORME

Sur certaines parties du plant, des feuilles présentent des lobes plus larges parmi des feuilles à lobes étroits.

Ce sont souvent des feuilles au stade juvénile, mais j'ai observé qu'il ne s'agit pas seulement de feuilles à ce stade.

Passiflora incarnata L. : feuilles à lobes larges

Passiflora incarnata L. : feuilles à lobes larges

Torsten Ulmer indique que, de façon rare, la feuille peut être pentalobée. Source : Passiflora - Torsten Ulmer & John M. MacDougal - 2004 - Timber Press - page 295 (ISBN 0-88192-648-5)

Je n'ai pas observé de feuilles de ce type sur mes plants de Passiflora incarnata L.

Par contre, j'ai pu observer à quelques reprises la présence d'une feuille non lobée.

Passiflora incarnata L. : feuille atypique non lobée

Passiflora incarnata L. : feuille atypique non lobée
(noter le pétiole, en haut à droite)

Et j'ai pu repérer aussi de rares feuilles bilobées.

 

BASE DU LIMBE

La base du limbe de la feuille de Passiflora incarnata L. est cordée (en forme de coeur).

Passiflora incarnata L. : base du limbe et départ des trois nervures principales (une par lobe) - face adaxiale

Passiflora incarnata L. : base du limbe et départ des trois nervures principales (une par lobe) - face adaxiale
(noter que la base du limbe est cordée)

 

Passiflora incarnata L. : base du limbe et départ des trois nervures principales (une par lobe) - face abaxiale

Passiflora incarnata L. : base du limbe et départ des trois nervures principales (une par lobe) - face abaxiale
(noter que la base du limbe est cordée)

Les trois nervures principales de la feuille (une par lobe), issues de la division du pétiole à la base du limbe, sont pubescentes.

Passiflora incarnata L. : les trois nervures principales de la feuille sont pubescentes - face adxiale

Passiflora incarnata L. : les trois nervures principales de la feuille sont pubescentes - face adaxiale
(le pétiole rougeâtre, en haut, se subdivise en trois nervures principales, une par lobe)

 

SOMMET DU LIMBE

Le sommet de chacun des trois lobes est aigu à acuminé (pointe rétrécie, plus ou moins marquée).

Passiflora incarnata L. : sommet d'un lobe de la feuille

Passiflora incarnata L. : sommet d'un lobe de la feuille
(les trois lobes de la feuille ont le même type de sommet)

 

Passiflora incarnata L. : extrémité d'un lobe de la feuille

Passiflora incarnata L. : extrémité d'un lobe de la feuille

Il m'est arrivé exceptionnellement d'observer une feuille trilobée atypique, dont le lobe central présentait un sommet échancré (et non aigu...).

Passiflora incarnata L. :  feuille trilobée atypique avec sommet échancré du lobe central échancré

Passiflora incarnata L. :  feuille trilobée atypique avec sommet échancré du lobe central
(noter, à gauche, le sommet échancré du lobe central de la feuille)

 

Passiflora incarnata L. : sommet échancré du lobe central d'une feuille trilobée atypique

Passiflora incarnata L. : sommet échancré du lobe central d'une feuille trilobée atypique

 

BORDS DU LIMBE

Les bords du limbe sont nettement dentés.

Passiflora incarnata L. : les bords des feuilles sont nettement dentés

Passiflora incarnata L. : les bords des feuilles sont nettement dentés

Les dents bordant le limbe sont associées chacune avec la fin d'une minuscule nervure et portent à l'apex une toute petite glande gonflée jaunâtre plus ou moins sphérique. 

Passiflora incarnata L. : le limbe de la feuille est à bord denté

Passiflora incarnata L. : détail du bord denté du limbe de la feuille

 

Passiflora incarnata L. : détail des dents du bord de la feuille

Passiflora incarnata L. : détail des dents du bord de la feuille
 (à l'apex de chacune des dents : extrémité d'une micro-nervure et glande jaunâtre gonflée)

 

PETIOLE

Le pétiole est assez long (selon mes mesures, jusqu'à 8 cm) et son diamètre est nettement supérieur à ceux de la vrille et du pédoncule floral.

Dans la partie supérieure du pétiole, j'observe deux glandes nectarifères sessiles, arrondies en demi-sphères.

Passiflora incarnata L. (feuille) : glandes nectarifères de la partie supérieure du pétiole

Passiflora incarnata L. (feuille) : glandes nectarifères de la partie supérieure du pétiole

 

Passiflora incarnata L. (feuille) : glandes nectarifères de la partie supérieure du pétiole

Passiflora incarnata L. (feuille) : glandes nectarifères de la partie supérieure du pétiole

Chez les feuilles âgées, ces glandes ont la partie supérieure glabre et de couleur verte, et la base pubescente et rougeâtre comme le pétiole.

Dans certains cas, la partie rougeâtre de la base ne fait pas entièrement le tour de la glande (la base est alors partiellement glabre et verte).

Les deux glandes nectarifères du pétiole sont décalées l'une par rapport à l'autre à deux niveaux.

D'une part, l'une d'entre-elles se situe sur le dessus du pétiole et l'autre est placée pratiquement sur le côté de celui-ci, sa position faisant un angle de presque 90 ° avec celle de la première (dit autrement, si l'on pratiquait une coupe longitudinale des deux glandes et que l'on ne laissait que la moitié de chacune, ces deux moitiés feraient un angle de presque 90 ° entre elles).

D'autre part, elles ne se situent pas toutes deux exactement à la même distance de l'apex du pétiole (base du limbe). L'une d'entre elles est implantée de façon plus avancée que l'autre en direction de l'apex du pétiole.

Passiflora incarnata L. (feuille) : glandes nectarifères de la partie supérieure du pétiole

Passiflora incarnata L. (feuille) : glandes nectarifères de la partie supérieure du pétiole
(noter que la position de la glande du bas fait un angle de presque 90 ° avec la position de celle du haut ; noter aussi

que, l'apex du pétiole étant vers le bas, la glande de gauche est positionnée de façon plus proche de l'apex que l'autre)

 

STIPULES

A la base du pétiole, de part et d'autre de celui-ci, j'observe deux stipules sétacées (en forme de poil), qui mesurent entre 2 et 4 mm de long.

J'ai constaté que les stipules sont caduques. Elles se dessèchent et tombent assez rapidement.

Passiflora incarnata L. : paire de stipules à la base et de part et d'autre du pétiole d'une feuille en formation

Passiflora incarnata L. : paire de stipules à la base et de part et d'autre du pétiole d'une feuille en formation

 

Passiflora incarnata L. : paire de stipules à la base et de part et d'autre du pétiole d'une feuille en formation

Passiflora incarnata L. : paire de stipules à la base et de part et d'autre du pétiole d'une feuille en formation
(la deuxième stipule est à droite, en arrière-plan ; derrière la stipule de gauche, les bractées d'une fleur en formation)

La stipule est partiellement dentée (sur sa première moitié).

Passiflora incarnata L. : stipule à la base du pétiole d'une feuille en formation

Passiflora incarnata L. : stipule à la base du pétiole d'une feuille en formation
(devant : pétiole pubescent avec glande nectarifère ; derrière : bractées d'une fleur en formation ; dans le fond : tige))

 

LA VRILLE

 

De façon générale, iI existe une vrille à l'aisselle de chaque feuille.

J'ai pu observer la présence de deux vrilles à l'aisselle de certaines feuilles, mais uniquement pour des noeuds présentant le seul bourgeon végétatif, jamais dans le cas d'un noeud porteur d'une ou deux fleurs.

J'ai pu aussi constater assez souvent l'absence de vrille à l'aisselle de la feuille, principalement sur des noeuds ne présentant que le bourgeon végétatif, et, plus rarement, sur des noeuds porteurs d'une ou deux fleurs.

 

POSITION DE LA VRILLE

Le point de départ de la vrille sur la tige est contigu à la base du pétiole de la feuille et se situe juste au-dessus.

Voir photographie ci-après.

Passiflora incarnata L. : départ de la vrille à l'aisselle de la feuille

Passiflora incarnata L. : départ de la vrille à l'aisselle de la feuille
(au premier plan : une stipule à la base du pétiole ; à l'arrière : départ végétatif et fleur naissante)

Soit en gros plan :

Passiflora incarnata L. : départ de la vrille à l'aisselle du pétiole de la feuille

Passiflora incarnata L. : départ de la vrille à l'aisselle du pétiole de la feuille

Sur la photographie ci-dessus, on voit le pétiole de la feuille, pubescent, qui part vers le haut en courbe, avec à sa base l'une des deux stipules, presque à la verticale ; la vrille, plus fine que le pétiole, part vers la gauche sans courbure. On constate que la vrille est à l'aisselle du pétiole. A l'arrière, un oeil exercé reconnaît : en haut, un départ végétatif ; à gauche, une fleur naissante. 

 

CAS DE DEUX VRILLES

Sur certains noeuds, j'ai pu observer la présence de deux vrilles à l'aisselle de la feuille.

Passiflora incarnata L. : cas de deux vrilles à l'aisselle d'une feuille

Passiflora incarnata L. : cas de deux vrilles à l'aisselle d'une feuille
(les deux vrilles sont desséchées)

A l' examen de plus près (photographie ci-dessous), j'observe que les deux vrilles se trouvent à l'aisselle du pétiole rougeâtre de la feuille, très près de celui-ci. Je remarque également à l'aisselle de la feuille, mais nettement décalé vers le haut sur la tige, un départ de tige secondaire et feuilles (consécutif au débourrement du bourgeon végétatif).

Passiflora incarnata L. : cas de deux vrilles à l'aisselle d'une feuille

Passiflora incarnata L. : cas de deux vrilles à l'aisselle d'une feuille

Une prise de vue sous un angle différent me permet de constater que les deux vrilles sont côte à côte au même niveau sur la tige.

Passiflora incarnata L. : cas de deux vrilles à l'aisselle d'une feuille

Passiflora incarnata L. : cas de deux vrilles à l'aisselle d'une feuille
(en bas, à gauche, le pétiole de la feuille ; au-dessus des vrilles, une tige en formation issue du bourgeon végétatif)

 

Passiflora incarnata L. : plan rapproché de deux vrilles à l'aisselle d'une feuille

Passiflora incarnata L. : plan rapproché de deux vrilles à l'aisselle d'une feuille
(au-dessous : le pétiole de la feuille ; au-dessus : une tige secondaire en formation, issue du bourgeon végétatif)

 

ENROULEMENT DES VRILLES

Les vrilles ont la faculté de s'enrouler autour de tout ce qui entre en contact avec elles, y compris d'autres vrilles.

Passiflora incarnata L. : deux vrilles établissant une connexion en s'enroulant l'une sur l'autre

Passiflora incarnata L. : deux vrilles établissant une connexion en s'enroulant l'une sur l'autre

J'observe que les vrilles s'enroulent aussi autour des autres parties du plant : tiges, pétioles et limbes de feuilles, pédoncules de fleur, formant ainsi un maillage qui assure le maintien du plant, en complément de la fixation de ce dernier au support lorsque les vrilles entrent en contact avec celui-ci.

Selon mes mesures, la vrille présente une longueur de 15 à 25 cm (lorsqu'on la détend).

 

LE BOURGEON VEGETATIF

 

J'observe qu'il existe un bourgeon végétatif (plus ou moins développé en nouvelles tiges et feuilles) au niveau de chaque noeud.

C'est la composante de base du noeud, avec la feuille à l'aisselle de laquelle il se situe.

Il est le plus souvent accompagné d'une vrille, mais le cas de bourgeon végétatif sans présence de vrille est assez fréquent.

Je remarque que le bourgeon végétatif ne se trouve pas strictement à l'aisselle de la feuille, comme l'est la vrille, mais un peu au-dessus du point d'implantation de la vrille et du pétiole de la feuille.

Passiflora incarnata L. : bourgeon végétatif au-dessus du point d'implantation de la feuille et de la vrille

Passiflora incarnata L. : bourgeon végétatif au-dessus du point d'implantation de la feuille et de la vrille
(en bas, le pétiole pubescent de la feuille et la vrille, plus fine ; le bourgeon végétatif a débourré)

Ainsi, la tige secondaire issue du bourgeon végétatif se développe juste au-dessus de la feuille et de la vrille.

Passiflora incarnata L. : bourgeon végétatif au-dessus des points d'implantation de la feuille, de la vrille et de la fleur

Passiflora incarnata L. : tige issue d'un bourgeon végétatif, au-dessus des points d'implantation de la feuille et de la vrille
(en bas, le pétiole pubescent de la feuille ; à son aisselle, la vrille ; au-dessus, la tige issue du bourgeon végétatif)

Lorsque le noeud comprend une fleur, le pédoncule de celle-ci se situe avant le bourgeon végétatif le long de la tige (donc plus près du pétiole de la feuille).

Le bourgeon végétatif se trouve plus haut sur la tige que le pédoncule de la fleur et que la vrille.

Passiflora incarnata L. : bourgeon végétatif au-dessus du point d'implantation de la feuille et de la vrille

Passiflora incarnata L. : départ végétatif au-dessus des points d'implantation de la feuille, de la vrille et de la fleur
(en bas : à droite, le pétiole pubescent de la feuille, à gauche, la vrille ; au-dessus : le pédoncule floral recourbé)

J'ai remarqué que des bourgeons végétatifs semblent émerger de façon isolée, sans être proches d'une feuille, dans la partie basse des tiges sortant de terre. J'en compte de quatre à six avant la première feuille, certains très près du sol.

En fait, l'examen de près fait apparaître une cicatrice de petite feuille qui est tombée et à l'aisselle de laquelle se situait le bourgeon végétatif.

 

LA FLEUR

 

DISPOSITION SUR LA TIGE

La fleur naît le plus souvent à l'aisselle d'une feuille et d'une vrille. Mais, dans de rares cas, j'ai pu observer une fleur à l'aisselle d'une feuille sans présence de vrille.

Passiflora incarnata L. : fleur en début de formation à l'aisselle d'une feuille et d'une vrille

Passiflora incarnata L. : fleur en formation à l'aisselle d'une feuille et d'une vrille

 

Passiflora incarnata L. : fleur en début de formation à l'aisselle d'une feuille et d'une vrille

Passiflora incarnata L. : fleur en formation à l'aisselle d'une feuille et d'une vrille

Sur la photographie ci-dessus, on observe sur l'arrière : à droite, le pétiole pubescent de la feuille et, à gauche, la vrille (lisse et plus fine). La fleur en formation se développe à l'aisselle du pétiole et de la vrille, entre cette dernière et la stipule que l'on distingue au premier plan.  Un peu plus haut sur la tige (le haut de la tige est vers la gauche) se trouve le bourgeon végétatif, qui a débourré (tige secondaire et feuilles en formation). L'exemple

Ci-après, un autre exemple de la disposition de la fleur sur la tige (bouton floral bien développé).

Passiflora incarnata L. : la fleur se situe à l'aisselle d'une feuille et d'une vrille

Passiflora incarnata L. : la fleur se situe à l'aisselle d'une feuille et d'une vrille
(en haut, bouton floral ; au milieu, vrille ; en bas, feuille

 

PPassiflora incarnata L. : la fleur se situe à l'aisselle d'une feuille et d'une vrille

Passiflora incarnata L. : la fleur se situe à l'aisselle d'une feuille et d'une vrille
(en haut, pédoncule de la fleur ; au milieu, vrille ; en bas, pétiole de la feuille

La photographie en gros plan suivante, prise sur une autre fleur, permet de visualiser l'implantation du pédoncule de la fleur par rapport à la vrille et au pétiole de la feuille.

Passiflora incarnata L. : implantation du pédoncule de la fleur par rapport au pétiole de la feuille et à la vrille

Passiflora incarnata L. : implantation du pédoncule de la fleur par rapport au pétiole de la feuille et à la vrille
(de gauche à droite, en regardant les points de départ : tige, pédoncule de la fleur, vrille, pétiole de la feuille)

 

CAS DE DEUX FLEURS A L'AISSELLE DE LA MÊME FEUILLE

J'ai pu observer le cas de deux fleurs à l'aisselle d'une même feuille.

Ce cas, de faible occurrence, n'est toutefois pas exceptionnel sur un plant (où on le rencontre plusieurs fois).

J'ai remarqué que les deux fleurs situées à l'aisselle d'une même feuille sont presque toujours associées à une vrille.

Passiflora incarnata L. : deux fleurs situées à l'aisselle de la même feuille, où se trouve également une vrille

Passiflora incarnata L. : deux fleurs situées à l'aisselle de la même feuille, où se trouve également une vrille

Ci-après, plan rapproché des implantations sur la tige.

Passiflora incarnata L. : deux fleurs situées à l'aisselle de la même feuille, où se trouve également une vrille

Passiflora incarnata L. : deux fleurs situées à l'aisselle de la même feuille, où se trouve également une vrille
(noter que les fleurs se trouvent de part et d'autre de la vrille)

Sur la photographie ci-dessus : en haut, la tige striée (sommet vers la droite) ; en bas, le pétiole pubescent de la feuille ; à gauche, à l'aisselle de la feuille, la vrille, plus fine ; de part et d'autre de la vrille, les pédoncules des deux fleurs ; également à l'aisselle de la feuille, mais plus haut sur la tige par rapport à la vrille et aux deux fleurs, le bourgeon végétatif ; à gauche, une des deux stipules encadrant la base du pétiole de la feuille.

Il m'est arrivé une seule fois d'observer deux fleurs à l'aisselle de la même feuille non accompagnées d'une vrille.

Passiflora incarnata L. : deux fleurs en formation situées à l'aisselle de la même feuille, avec absence de vrille

Passiflora incarnata L. : deux fleurs en formation situées à l'aisselle de la même feuille, avec absence de vrille

 

Passiflora incarnata L. : deux fleurs en formation situées à l'aisselle de la même feuille, avec absence de vrille

Passiflora incarnata L. : deux fleurs en formation situées à l'aisselle de la même feuille, avec absence de vrille

 

BOUTON FLORAL

Le bouton floral est de forme oblongue, avec cinq arêtes en forme de quille de navire. 

Il est formé par les cinq sépales de couleur verte (se terminant chacun par une pointe), qui enserrent le reste de la fleur.

Les trois bractées jaunâtres, situées presque en fin du pédoncule, sont bien visibles et recouvrent légèrement le bas des sépales.

Passiflora incarnata L. : bouton floral

Passiflora incarnata L. : bouton floral
(noter les bractées jaunâtres à l'extrémité du pédoncule et les cinq pointes des sépales)

 

OUVERTURE DE LA FLEUR

J'observe régulièrement l'ouverture de la fleur sur mes plants de Passiflora incarnata L.  

J'ai noté plusieurs phases successives, de longueur inégale.

 

Ecartement des sépales

L'ouverture de la fleur commence par la phase d'écartement des sépales, dont le signe de début est l'apparition d'une minuscule zone blanchâtre sur le dessus du bouton floral.

Passiflora incarnata L. : ouverture de la fleur (début de l'écartement des sépales)

Passiflora incarnata L. : ouverture de la fleur (début de l'écartement des sépales)
(noter la zone blanchâtre sur le dessus du bouton floral)

Les sépales s'écartent très lentement les uns par rapport aux autres sans que la fleur ne s'ouvre stricto sensu. Selon mes observations, la durée de l'écartement des sépales est de l'ordre de trois heures et trente minutes à quatre heures.

Au cours de l'écartement des sépales, la zone blanchâtre du sommet s'élargit et des bandes blanches longitudinales étroites apparaissent sur le bouton floral.

Passiflora incarnata L. : ouverture de la fleur (phase d'écartement des sépales)

Passiflora incarnata L. : ouverture de la fleur (phase d'écartement des sépales)
(noter la bande blanche longitudinale sur le bouton floral)

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, il ne s'agit pas des pétales sous-jacents.

Les bandes longitudinales blanches sont formées par les parties des sépales qui étaient recouvertes par des sépales adjacents, donc privées de lumière. L'absence de lumière n'ayant pas permis la photosynthèse, ces parties sont blanches et non vertes.

 

Décollement des sépales

La phase d'écartement des sépales se termine par le décollement net de l'un d'entre eux, qui se relève au-dessus de la surface du bouton floral, laissant apparaître un pétale sous-jacent, souvent deux en recouvrement.

Dans d'autres cas, ce sont plusieurs sépales qui se relèvent en même temps, plus ou moins nettement. 

Le décollement d'un ou plusieurs sépales est le premier signe de l'ouverture de la fleur proprement dite.

Selon mes mesures de temps, les sépales peuvent rester relevés de deux à dix minutes avant que la fleur ne s'ouvre.

 

Ouverture des pétales

Puis, les pétales commencent à s'entrouvrir, rendant à peine visible l'intérieur de la fleur.

Passiflora incarnata L. : ouverture de la fleur (début de l'écartement des pétales)

Passiflora incarnata L. : ouverture de la fleur (début de l'écartement des pétales)

 

Passiflora incarnata L. : ouverture de la fleur (peu après le début : aucune anthère n'est retournée)

Passiflora incarnata L. : ouverture de la fleur (tout l'intérieur de la fleur est visible)

Deux minutes après le début de l'écartement des pétales, commence le basculement des anthères vers le bas (voir détails dans le chapitre "Etamines" de l'article consacré à l'observation détaillée des éléments structurels de la fleur).

Le calice, la corolle et la couronne de filaments se déploient lentement, de façon synchrone.

Passiflora incarnata L. : ouverture de la fleur (le calice, la corolle et la couronne se déploient lentement)

Passiflora incarnata L. : ouverture de la fleur (le calice, la corolle et la couronne se déploient lentement)

 

Passiflora incarnata L. : ouverture de la fleur (le calice, la corolle et la couronne se déploient lentement)

Passiflora incarnata L. : ouverture de la fleur (le calice, la corolle et la couronne se déploient lentement)

J'ai toutefois observé qu'il arrive qu'un ou deux pétales se bloquent dans leur course avec une partie de la couronne de filaments à l'intérieur, ce qui retarde significativement le plein épanouissement de la totalité de la fleur.

Passiflora incarnata L. : ouverture de la fleur (pétale bloqué avec une partie de la couronne)

Passiflora incarnata L. : ouverture de la fleur (pétale bloqué avec une partie de la couronne)

Il m'est alors arrivé d'aider la fleur en dégageant le pétale de la partie de la couronne concernée et en le poussant dans le sens de l'ouverture, ce qui le débloque ainsi que la partie de la couronne qui lui est associée.

Selon mes mesures de temps, il faut environ trente minutes (parfois seulement vingt, parfois quarante) après le début de l'écartement des pétales pour que la fleur soit complètement épanouie : le calice, la corolle et la couronne de filaments sont dans le même plan horizontal que le réceptacle.

Passiflora incarnata L. : fin de l'ouverture de la fleur (fleur épanouie)

Passiflora incarnata L. : fin de l'ouverture de la fleur (fleur épanouie)

 

Abaissement du calice et de la corolle sous le plan horizontal

Alors que la couronne de filaments reste pratiquement dans le plan horizontal, le calice (sépales) et la corolle (pétales) s'abaissent lentement sous celui-ci.  

Passiflora incarnata L. : fleur avec calice et corolle abaissés sous le plan horizontal

Passiflora incarnata L. : fleur avec calice et corolle abaissés sous le plan horizontal

Ils terminent leur mouvement sous le plan horizontal en faisant un angle prononcé avec la couronne de filaments qui est restée dans ce plan.

Passiflora incarnata L. : fleur avec calice et corolle abaissés sous le plan horizontal

Passiflora incarnata L. : fleur avec calice et corolle abaissés sous le plan horizontal

Selon mes mesures de temps, cette phase dure environ quarante minutes.

Depuis le décollement du sépale, il s'est écoulé environ une heure et trente minutes.

 

FLEUR EPANOUIE

La fleur de Passiflora incarnata L. est de taille moyenne pour une fleur de passiflore.

Selon mes mesures, les fleurs de mes plants présentent un diamètre de 6 à 8 cm. Plus précisément, les grandes fleurs (majoritaires) ont un diamètre qui varie de 7,5 à 8 cm ; les petites fleurs (beaucoup moins nombreuses) ont un diamètre d'environ 6 cm.

Il s'agit de fleurs de la forme diploïde (2n = 18), qui est la forme courante de l'espèce.

Il faut noter que la fleur de la forme tétraploïde (4n = 36) de Passiflora incarnata L. est beaucoup plus grande que la fleur de la forme diploïde : de 9 à 11 cm de diamètre (Source : William R. BRUNER, 1998, Tetraploid Passiflora incarnata L., Passiflora, vol. 8, n° 1, pp. 1 et 4).

La couleur dominante de la fleur de Passiflora incarnata L. est le violet léger.

Passiflora incarnata L. : fleur épanouie

Passiflora incarnata L. : fleur épanouie

 

Passiflora incarnata L. : fleur épanouie

Passiflora incarnata L. : fleur épanouie

J'ai noté que, d'un plant à l'autre, la fleur est plus ou moins claire selon les hasards du semis.

Je connais depuis longtemps la variété Passiflora incarnata var. alba, à fleurs blanches et aux autres caractéristiques identiques à celles de l'espèce type.

Et j'ai repéré dans des collections d'amateurs européens deux cultivars fixés en raison de la couleur de leurs fleurs : Passiflora incarnata 'Alabama', à fleurs mauve violacé, et Passiflora incarnata 'Lorayne', à fleurs mauves.

La fleur épanouie de Passiflora incarnata L. est parfumée, mais il faut approcher le nez à environ 10 cm de celle-ci pour s'en rendre compte.

Je trouve son parfum entêtant, poivré et à la limite du désagréable.

 

OBSERVATION DETAILLEE DES ELEMENTS STRUCTURELS

Si l'on considère la fleur de Passiflora incarnata L. de bas en haut, on observe : le pédoncule, les bractées, le réceptacle, le calice (sépales), la corolle (pétales), la couronne de filaments, l'androgynophore, les étamines (filets et anthères), l'ovaire, les styles portant les stigmates.

Je rends compte de mon observation détaillée de ces éléments structurels de la fleur dans un article spécifique.

Cet article inclut l'observation du basculement des anthères, ainsi que de l'abaissement des styles avec le cas d'andromonoécie fonctionnelle.

 

FERMETURE DE LA FLEUR

Selon mes observations, la fleur de Passiflora incarnata L. a une durée de vie variant de 20 à 24 h et j'ai constaté qu'elle ne se referme pas pendant la nuit.

En tout début de fermeture, les anthères pivotent d'un quart de tour vers l'intérieur. Elles restent perpendiculaires aux filets, mais la face chargée de pollen est dirigée vers l'intérieur et non plus vers le bas.

De plus, les anthères se rapprochent les unes des autres et forment un cercle plus ou moins régulier autour de l'androgynophore en se touchant.

Passiflora incarnata L. : fleur en début de fermeture

Passiflora incarnata L. : fleur en début de fermeture
(noter la position des anthères, typique de la phase de fermeture de la fleur)

 

Passiflora incarnata L. : position des anthères typique de la phase de fermeture de la fleur

Passiflora incarnata L. : position des anthères typique de la phase de fermeture de la fleur

Savoir identifier cette position des anthères, c'est savoir reconnaître une fleur en train de se fermer d'une fleur en train de s'ouvrir, car pendant une grande partie des phases d'ouverture et de fermeture, si l'on regarde globalement la fleur, l'aspect de celle-ci est identique.

J'ai remarqué que lors de la fermeture de la fleur les styles restent exactement dans la même position que celle qu'ils avaient dans la fleur épanouie (complètement abaissés, partiellement abaissés ou anormalement verticaux).

Au cours de la phase de fermeture, les sépales et les pétales, emportant avec eux la couronne de filaments, se replient lentement.

Passiflora incarnata L. : fleur en cours de fermeture

Passiflora incarnata L. : fleur en cours de fermeture

Les stigmates viennent buter contre les pétales, les filets se courbent légèrement sous la pression des pétales qui se replient, puis ils semblent bloquer ceux-ci, de même que le cercle des anthères semble les bloquer plus bas.

Passiflora incarnata L. : stigmate en butée sur la couronne et le pétale au cours de la fermeture de la fleur

Passiflora incarnata L. : stigmate en butée sur la couronne et le pétale au cours de la fermeture de la fleur

Ainsi, la fleur ne se referme pas totalement.

J'ai observé qu'au bout de 2 h de phase de fermeture, le diamètre de la fleur est de l'ordre de 4,5 cm.

Passiflora incarnata L. : fleur en fin de phase de fermeture (partielle)

Passiflora incarnata L. : fleur en fin de phase de fermeture (partielle)
(la fermeture se reconnaît à la position des anthères et des styles)

 

Passiflora incarnata L. : étamines, styles et stigmates en fin de fermeture (partielle) de la fleur

Passiflora incarnata L. : étamines, styles et stigmates en fin de fermeture (partielle) de la fleur

Puis la fermeture de la fleur ralentit considérablement. Elle se termine quelques heures après, sans que la fleur ne se soit totalement repliée.

La fleur, partiellement fermée, présente alors un diamètre de 3 à 3,5 cm.

 

LE FRUIT

 

La fleur de Passiflora incarnata L. est hermaphrodite, mais elle est autostérile et la pollinisation est même inefficiente entre les différentes fleurs d'un même plant.

La fructification nécessite une interpollinisation entre pieds d'origine différente.

 

FORMATION
 

Indice de la fécondation

J'ai remarqué que le premier indice de la fécondation de la fleur est la couleur de l'ovaire dans la fleur (partiellement) refermée.

Si, le lendemain de la fermeture, l'ovaire a viré au jaunâtre, la fleur n'a pas été fécondée. Alors que s'il est resté vert et qu'il a foncé, la fleur va donner un fruit.

Cet indice permet notamment de savoir très rapidement si l'on a réussi une pollinisation manuelle.

Passiflora incarnata L. : fleur refermée non fécondée

Passiflora incarnata L. : fleur refermée non fécondée
(noter que l'ovaire a viré au jaunâtre)

 

Passiflora incarnata L. : fleur refermée fécondée

Passiflora incarnata L. : fleur refermée fécondée
(noter que l'ovaire est resté vert et a foncé)

 

Forme caractéristique de la fleur

J'observe que la fleur fermée fécondée prend en quelques jours une forme caractéristique, qui permet de la reconnaître d'un coup d'oeil parmi toutes les fleurs refermées du plant de Passiflora incarnata L.

D'une part, l'extrémité du pédoncule est fortement recourbée vers le bas, formant quasiment un angle droit au niveau des bractées.

D'autre part, les styles apparaissent, seuls, au-dessous du périanthe (ensemble sépales et pétales) refermé.

La fleur contient en fait un fruit en tout début de formation.

Passiflora incarnata L. : fleur refermée avec fruit en début de formation (cinq jours après pollinisation)

Passiflora incarnata L. : fleur refermée avec fruit en début de formation (cinq jours après pollinisation)
(noter que l'extrémité du pédoncule fait un angle droit et que les styles sont visibles au-dessous du périanthe)

En examinant par le dessous la fleur à la forme caractéristique, je constate que l'ovaire a fortement grossi tout en conservant les styles qu'il a repoussés hors du périanthe.

C'est le premier stade de développement du fruit.

Passiflora incarnata L. : fleur refermée avec fruit en début de formation (cinq jours après pollinisation)

Passiflora incarnata L. : fleur refermée avec fruit en début de formation (cinq jours après pollinisation)
(l'ovaire a grossi et a repoussé les styles hors du périanthe)

 

Fruit en début de formation

Si j'écarte les sépales et les pétales de la fleur fermée à forme caractéristique, je mets au jour le fruit en tout début de formation.

Passiflora incarnata L. : fruit en début de formation (cinq jours après la pollinisation)

Passiflora incarnata L. : fruit en début de formation (cinq jours après la pollinisation)

J'observe principalement que l'ovaire a nettement grossi en étant devenu plus foncé. Les styles sont toujours accolés à l'ovaire.

Je remarque dans la partie supérieure que l'axe qui porte l'ovaire à l'extrémité de l'androgynophore s'est allongé.

Passiflora incarnata L. : allongement de l'axe vert qui porte l'ovaire (cinq jours après la pollinisation)

Passiflora incarnata L. : allongement de l'axe vert qui porte l'ovaire (cinq jours après la pollinisation)
 (à l'extrémité de l'androgynophore tacheté de mauve)

Je note aussi que l'ovaire est devenu plus lisse, mais reste légèrement pubescent, par plaques.

Passiflora incarnata L. : le fruit en début de formation reste partiellement pubescent

Passiflora incarnata L. : le fruit en début de formation reste partiellement pubescent
(cinq jours après la pollinisation)

 

Fruit en cours de développement (huit jours après la pollinisation)

Huit jours après la pollinisation, je constate que l'ovaire a continué de grossir et que le périanthe s'est considérablement défraîchi.

Le résultat en étant que le périanthe ne recouvre plus le fruit en formation.

Passiflora incarnata L. : fruit en cours de développement (huit jours après la pollinisation)

Passiflora incarnata L. : fruit en cours de développement (huit jours après la pollinisation)
(noter que le périanthe défraîchi ne recouvre plus le fruit en formation)

Je remarque que les styles se sont rabougris mais qu'ils sont toujours présents au sommet de l'ovaire qui grossit.

L'axe qui supportait l'ovaire semble s'être allongé, mais il peut s'agir d'un effet d'optique dû au défraîchissement du sommet de l'androgynophore et des filets des étamines qui a pour effet de dégager l'axe.

Passiflora incarnata L. : fruit en cours de développement (huit jours après la pollinisation)

Passiflora incarnata L. : fruit en cours de développement (huit jours après la pollinisation)
(noter : la longueur de l'axe entre le périanthe et le fruit en formation ; la persistance des styles défraîchis)

 

FRUIT A COMPLET DEVELOPPEMENT

A complet développement, le fruit de Passiflora incarnata L. est de la forme et de la taille (moyenne) d'un oeuf de poule, parfois de forme plus allongée.

Passiflora incarnata L. : fruit

Passiflora incarnata L. : fruit

Sa particularité est de rester de couleur verte à maturité (en pâlissant ; le vert de la maturité est nettement plus clair).

A l'intérieur, la pulpe blanchâtre est juteuse (sans être liquide) et remplit presque entièrement la cavité.

Passiflora incarnata L. : intérieur de deux fruit mûrs

Passiflora incarnata L. : intérieur de deux fruit mûrs

Mais elle est moins dense et moins juteuse que la pulpe de Passiflora edulis Sims.

La pulpe du fruit mûr de Passiflora incarnata L. est de saveur plaisante, de type "fruit de la passion".

Mais son parfum est moins prononcé que celui de la pulpe de l'espèce précitée.

Le fruit mûr n'est pas acide, mais on perçoit une note acidulée plus ou moins prononcée selon son degré de fermeté, qui disparaît lorsque le fruit est très mûr, mais pas encore à surmaturité.

Il faut noter que les fruits de la forme tétraploïde (4n = 36) de Passiflora incarnata L. contiennent presque deux fois plus de pulpe qu'un fruit de la forme diploïde (2n =18), qui est la forme courante de l'espèce.

Source : William R. BRUNER, 1998, Tetraploid Passiflora incarnata L., Passiflora, vol. 8, n° 1, pp. 1 et 4.

 

 

Retour début article Début article   Retour répertoire des articles relatifs aux plantes ornementales fruitières Passiflores