La greffe des fruitiers rares
Quelques procédés utiles

Auteur : Francois Drouet
 

 

 

Article publié en 2010
Tous droits réservés
 

La greffe est la méthode de multiplication la plus utilisée pour la majorité des fruitiers rares.

Dans le présent article, je souhaite simplement mettre en exergue certains procédés peu connus et particulièrement appropriés aux fruitiers rares.

Mon objectif n'est pas de traiter les techniques de greffe, ni leur application avec le porte-greffe adéquat pour chacun des fruitiers rares.

Pour cela, consultez l'excellent site "Greffer.net", spécialisé dans la greffe. On y trouve des fiches de greffage par espèce, initialement dévolues aux fruitiers classiques mais qui concernent progressivement de plus en plus de fruitiers rares.

A défaut, regardez dans les répertoires des articles de notre site si l'espèce concernée fait l'objet d'un ou plusieurs articles et si la greffe y est abordée.

Pour les techniques de greffe elles-mêmes, je vous conseille en fin d'article un ouvrage simple et efficace.

 

GREFFE DES FRUITIERS RARES SUR RACINES

 

Lorsque l'on cultive des fruitiers rares, les occasions de pratiquer des greffes sont nombreuses, même si l'on introduit systématiquement dans son verger ou son jardin des sujets déjà greffés.

On peut vouloir multiplier une rareté fruitière en petite série afin de la diffuser.

On peut également souhaiter reproduire un individu de sexe donné d'une espèce dioïque, pour constituer un couple avec l'individu de sexe opposé que l'on possède déjà.

On peut être amené à sauvegarder un fruitier rare en cours de déclin, avec les greffons qu'il produit.

On se trouve parfois confronté à un sujet rare rabattu au-dessous du point de greffe par accident (engin, vent, animaux...) alors qu'il porte des rameaux susceptibles de servir de greffons (et que l'on est en cours de période propice à la greffe).

Mais, dans tous ces cas, s'agissant de fruitiers rares, on manque souvent de porte-greffe si celui-ci est aussi rare que l'espèce ou la variété greffée.

Il arrive même assez fréquemment que, pour un fruitier greffé, on ne connaisse pas la nature du porte-greffe, alors qu'il ne s'agit manifestement pas d'une espèce que l'on peut trouver chez un grossiste en porte-greffes...

La greffe sur racines peut alors rendre un réel service.

Pratiquement tous les types de greffe à rameaux ou à yeux peuvent se pratiquer sur racines, sans modification opératoire (le bon sens fera éliminer ceux impossibles ou trop délicats ...).

Une ou plusieurs racines du pied à reproduire servent de porte-greffe.

La greffe peut se pratiquer sur le collet du pivot ou sur certaines racines individuellement. Ce deuxième procédé permet d'obtenir, avec un seul pied au départ, un plus grand nombre de sujets greffés. 

Sectionner des racines à une certaine distance du pied, les relever légèrement et les greffer. Sur de fortes racines, il est même possible de pratiquer  la greffe en couronne...

Il faut souligner que la base des greffons étant enterrée, ceux-ci peuvent facilement émettre des racines adventives amenant à l'affranchissement si le pied-mère est greffé.

Dans le cas où l'affranchissement doit absolument être évité, il faut greffer sur des racines tuteurées suffisamment relevées, de façon à mettre la base du greffon nettement au dessus du sol.

Que le plant dont on utilise les racines soit greffé ou non, il faut veiller à la compatibilité dans l'association racine porte-greffe/greffon. Il faut noter que si le plant est greffé et que l'on ne connaît pas la nature du porte-greffe, dans le cas où le greffon provient du plant lui-même, l'association est forcément adéquate puisqu'elle reproduit l'existant.

 

REDUCTION DU BOURRELET DE GREFFE

 

Je tire le conseil suivant de l'ouvrage L'art de  greffer, Charles Baltet, Masson et Cie Editeurs, 1922.

Lorsqu'il se manifeste à la naissance de la greffe un bourrelet proéminant au détriment de la libre circulation de la sève, il faut l'atténuer par quelques incisions longitudinales données au printemps.

Les incisions sont produites par simples coups de greffoir. Elles doivent partir de la limite supérieure du bourrelet de la greffe pour se continuer sur le sujet (porte-greffe) chétif. Elles sont prolongées ça et là sur la tige du porte-greffe, dans les endroits faibles.

Elles seront renouvelées modérément dans le cours de la végétation, si besoin.

Ce conseil est particulièrement intéressant dans le domaine des fruitiers rares car les approximations sur la nature du porte-greffe y sont plus nombreuses que pour les fruitiers classiques. Ceci en raison de la méconnaissance de la bonne association porte-greffe/greffon à laquelle on est souvent confronté. Il s'ensuit, dans le cas de mauvaise compatibilité dans l'association précitée, l'apparition d'un bourrelet plus ou moins important au niveau de la greffe.

 

MAXIMISER LA BIODIVERSITE GRACE AU PORTE-GREFFE

 

La passion des fruitiers rares conduit inévitablement au souhait d'introduire le plus grand nombre d'espèces et de variétés dans l'espace dont on dispose. Si ce dernier ne paraît pas suffisant, la culture d'arbres fruitiers nains permet d'obtenir un maximum de diversité. Outre des sujets naturellement nains ou compacts, il faut planter des individus greffés sur un porte-greffe nanisant.

 

Porte-greffe sauvage pour nanifier un abricotier ou un prunier

L'abricotier ou le prunier ne sont pas des espèces rares, mais certaines de leurs variétés présentent des caractères remarquables ou des caractéristiques insolites qui leur confèrent le statut de fruitier rare. Pour nanifier un abricotier ou un prunier, il suffit de le greffer sur prunellier (Prunus spinosa).

On obtient un individu cantonné à une hauteur de 1,50 m et à une largeur inférieure à 1 m. Les proportions de l'arbre obtenu peuvent être légèrement plus importantes (1,80 m x 1,20 m) en fonction du terrain et de la variété greffée, ainsi que des soins prodigués.

Le drageonnement du porte-greffe existe, mais il est tout à fait maîtrisable. Il semble que Prunus spinosa utilisé en porte-greffe drageonne moins qu'à l'état naturel.

La mise à fruit peut intervenir sous deux à trois ans en terrain et conditions de culture favorables, ce délai s'avérant plus court qu'avec un porte-greffe non nanifiant. 

 

Porte-greffe pour nanifier les agrumes rustiques

La variété à port tortueux du Poncirier, Poncirus trifoliata var. monstrosa (nom de cultivar : 'Flying Dragon' en anglais et  'Hirya' en japonais), se caractérise par des qualités décoratives exceptionnelles, mais également par une taille réduite (1,50 m à l'état adulte).

Si on l'utilise comme porte-greffe pour les agrumes rustiques, il conserve ou accroît  leur résistance au froid, comme le fait l'espèce type Poncirus trifoliata, mais il produit en outre un effet nettement nanifiant sur ceux-ci. Il peut également être utilisé comme porte-greffe nanifiant pour les agrumes classiques.

 

GREFFE SUR ESPECE NON DRAGEONNANTE

 

La facilité de culture des fruitiers rares passe par l'élimination du drageonnement. La greffe sur une espèce non drageonnante répond à cet objectif.

 

Porte-greffe pour empêcher le drageonnement de Cudrania tricuspidata

Cudrania tricuspidata est une Moracée qui présente une forte tendance au drageonnement.

Si l'on souhaite que ce fruitier ne drageonne pas, il faut  le greffer sur Maclura pomifera. J'ai pu personnellement le constater sur plusieurs sujets.

D'après certains auteurs, cette greffe rendrait la fructification plus précoce et plus importante. Je n'ai pas pu le vérifier.

 

GREFFAGE : UN OUVRAGE A RECOMMANDER

 

Parmi les nombreux ouvrages publiés sur le greffage, toutes époques confondues, que j'ai étudiés, je recommande pour les fruitiers celui d'Evelyne Leterme, directrice du Conservatoire Végétal Régional d'Aquitaine (CVRA), écrit en collaboration avec Jean-Marie Lespinasse et René Bernhard.

Le greffage et la plantation des arbres fruitiers - Evelyne Leterme - Editions du Rouergue.

Simple, très agréable, vraiment pédagogique par la clarté des textes et des photographies. Que ce soit pour s'initier ou se perfectionner.

Pour le commander : Conservatoire Végétal Régional d'Aquitaine. Domaine de Barolles 47130 Montesquieu.

Site internet
Sélectionnez la rubrique "Publications". Dans le menu "Catégorie de publication", sélectionnez "Arbres fruitiers et vigne".
Puis, dans le menu "Choisissez un ouvrage", sélectionnez "Le greffage et la plantation des arbres fruitiers".

 

Début d'article       Liste  des articles