Le danger de la glu pour le Figuier

Auteur : Francois Drouet

 

 

Article publié en 2014
Crédit photographies : François Drouet
Tous droits réservés

 

En fin d'hiver, en passant dans ma collection de figuiers, je me suis remémoré la pression excessive des fourmis sur les arbres que j'avais constatée la saison précédente.

Il me vint alors une idée que j'allais regretter quelques mois plus tard... Pourquoi ne pas enduire de glu une portion des troncs afin de constituer un barrage infranchissable pour les fourmis ?

J'ai donc chargé le jeune homme qui m'assiste depuis des années dans l'entretien de mes collections de fruitiers d'aller acheter un pot de glu arboricole et un pinceau à la coopérative agricole locale.

Je lui ai donné des consignes simples : faire un essai sur une partie des plantations de figuiers, environ 2.000 m2 situés en fond d'une des parcelles ; enduire chacun des troncs sur une bonne portion (un empan et demi à deux empans) afin d'éviter si possible que les fourmis ne se servent comme pont des cadavres des premières de leurs congénères engluées ; effectuer une application début mai (un mois avant le début de maturité des figues fleurs) et une deuxième application début juillet (un mois avant le début de maturité des figues dites d'automne).

Puis je ne m'en suis plus occupé, accaparé par les innombrables tâches à réaliser dans mon jardin botanique fruitier.

Début juin, passant dans la parcelle que j'avais désignée pour l'essai, je fus troublé par l'aspect noirâtre des portions de tronc engluées, couleur inhabituelle que j'ai tout de suite repérée de loin. N'ayant pas la pratique de la glu, je me suis dit que la couleur de celle-ci était bien sombre et je n'ai pas approfondi.

Ce n'est que deux mois plus tard, début septembre, que je me suis aperçu que j'aurais dû réagir.

En effet, fin juillet, pour la première fois, j'ai constaté sur un figuier d'une quinzaine d'années qu'un phénomène anormal se produisait au niveau de la partie engluée du tronc : craquelures, boursouflures, liquéfaction (exsudat ou reliquat de glu ou mélange des deux).

J'ai immédiatement diagnostiqué une nécrose provoquée par la glu.

Ficus carica : nécrose sur tronc due à l'application directe de glu arboricole

Ficus carica : nécrose sur tronc due à l'application directe de glu arboricole

 

Ficus carica : nécrose sur tronc due à l'application directe de glu arboricole

Ficus carica : nécrose sur tronc due à l'application directe de glu arboricole

Je fis alors le tour des figuiers sur lesquels de la glu avait été appliquée et le constat fut désolant : tous les troncs, indépendamment de leur diamètre, étaient affectés.

Quelques uns étaient cependant moins touchés, présentant simplement des craquelures sur la partie très sombre du tronc ayant été engluée.

A l'observation détaillée, je constatai que la nécrose était plus forte sur la partie du tronc orientée au sud, c'est à dire la plus insolée.

J'en déduisis que la glu avait provoqué un effet de loupe avec le soleil, en sus de son caractère agressif sur le tronc.

Ficus carica : les dégâts de la glu sont plus importants sur la face la plus insolée (à droite)

Ficus carica : les dégâts de la glu sont plus importants sur la face la plus insolée (à droite)

Je suis allé regarder l'étiquette du pot de glu. Une mention a attiré mon attention : "Risques de nécrose avec fruits à noyaux". J'ai alors pensé avec un humour désabusé "Heureusement que le Figuier n'est pas un fruitier à noyaux...".

J'ai immédiatement demandé à mon jeune assistant de lessiver à la brosse douce, avec de l'eau savonneuse puis à l'eau claire, les zones engluées pour enlever la glu et éviter une nécrose encore plus forte.

Mais il était déjà bien tard... Au mois d'octobre, l'écorce s'était effritée ou se soulevait par plaques et les insectes rampants pullulaient au-dessous.

Je décidai alors de mettre à nu les zones touchées en éliminant à la lame affûtée les parties nécrosées, puis de mastiquer les plaies. Voici l'exemple d'un sujet de la variété 'Col de Dame Noir' âgé d'une dizaine d'années, avant masticage.

Ficus carica : plaie après nettoyage de la nécrose due à l'application de glu

Ficus carica : plaie après nettoyage de la nécrose due à l'application de glu

La surface atteinte sur la face la plus insolée (orientée au sud) est considérable. Une fois cette zone mise à nu, cela apparaît encore plus nettement.

Ficus carica : plaie après nettoyage de la nécrose due à l'application de glu

Ficus carica : plaie après nettoyage de la nécrose due à l'application de glu
(noter les zones noires nécrosées sur les deux figuiers d'arrière-plan)

 

Ficus carica : plaie après nettoyage de la nécrose due à l'application de glu

Ficus carica : plaie après nettoyage de la nécrose due à l'application de glu

Bien que la surface nettoyée sur la face la plus insolée du tronc soit très importante, la nécrose est bien plus large et s'étend latéralement par des craquelures sur fond sombre. Elle fait le tour du tronc, donc concerne la totalité de la zone engluée.

Ficus carica : la nécrose due à la glu s'étend au-delà de la partie orientée au sud où elle est la plus forte

Ficus carica : la nécrose due à la glu s'étend au-delà de la partie orientée au sud où elle est la plus forte

Je n'ai pas nettoyé la partie moins atteinte car cela aurait conduit à écorcer totalement le tronc sur toute sa circonférence, sur une hauteur égale à celle de la portion de tronc qui a été engluée. Je parie sans trop y croire sur une stabilisation de l'écorce sans activité d'insectes sous-jacents...

Ficus carica : la nécrose due à la glu s'étend au-delà de la partie orientée au sud où elle est la plus forte

Ficus carica : la nécrose due à la glu s'étend au-delà de la partie orientée au sud où elle est la plus forte

Assez surpris de l'ampleur des dégâts, j'ai recherché sur Internet des avertissements ou des retours d'expérience concernant la glu sur Figuier. Je n'ai rien trouvé.

J'ai simplement pu lire sur un forum de jardinage très connu une question d'un jardinier ayant constaté que l'écorce se soulevait par plaques après l'application de glu sur le tronc de ses arbres fruitiers (cerisier, pommier, mirabellier) et demandant ce qu'il devait faire... Information non relative au figuier mais riche d'enseignement sur la nuisance potentielle de la glu arboricole. Par contre, je ne commenterais pas la réponse de l'animateur du site affirmant que la glu n'a pas de rapport avec ce que constate le jardinier et que "sur les arbres anciens un renouvellement de l'écorce peut se produire" (ou qu'il peut s'agir de scolytes)...

Rien d'indiqué non plus sur les rares descriptions du produit de la marque concernée ou d'autres marques figurant sur Internet. J'ai pu noter toutefois que d'un fabricant à l'autre les composants de la glu  sont assez similaires. Mais certains composants diffèrent et, surtout, les proportions des composants varient fortement d'un produit à l'autre.

J'ai fait part de mon expérience malheureuse aux deux principaux pépiniéristes français spécialisés dans le Figuier, avec lesquels je collabore depuis des années.

Ils ont été surpris, n'ayant jamais rencontré un tel phénomène et même n'en ayant jamais eu connaissance. Ils sont venus le constater sur place et, comme moi, ont conclu à un effet de loupe sous fort ensoleillement associé à une inadéquation de la composition de la glu pour le Figuier.

Peut-être ai-je commis l'erreur de donner la consigne de deux applications dans la même saison ? Peut-être ai-je eu tort de demander d'enduire une portion aussi large du tronc ? Peut-être mon jeune assistant a-t-il trop forcé sur les doses appliquées ? Peut-être, tout simplement, dans mon climat du littoral méditerranéen ne faut-il pas utiliser de glu en application directe ?

Mais, après ces questions, trois remarques : la marque de la glu est très connue ; aucun avertissement sur l'étiquette du pot concernant le figuier ; et, surtout, l'achat de la glu a été réalisé dans la coopérative agricole d'une des principales localités appartenant à la zone de l'AOP "Figue de Solliès" (75 % du verger français de figuiers).

Tout cela est-il vraiment sérieux, chez le fabricant comme chez les distributeurs ? Imaginons les mêmes dégâts sur un hectare, ou plus, de verger commercial...

N'ayant pas la vocation d'un procureur, je ne suis pas allé plus loin et je m'en tiendrai à vous relater cette expérience, afin de vous en éviter les conséquences fâcheuses.

A l'issue de celle-ci, une chose est certaine : je n'utiliserai plus jamais la glu arboricole en application directe, ni sur les figuiers, ni sur aucun autre arbre fruitier.

Quant à l'avenir des figuiers touchés, je n'en ai aucune idée. Cicatriseront-ils suffisamment pour éviter le déclin ? Je ne puis que l'espérer mais je suis pessimiste compte tenu de l'ampleur des nécroses. Sinon, la tronçonneuse fera son oeuvre un peu au-dessous de la zone nécrosée ou au ras du sol, selon l'aptitude de la variété à émettre des drageons.

Et nous aurons, compte tenu des masses racinaires en place, de jolies touffes en voie de constitution. Mais entre cinq et quinze années de culture à rattraper...

 

Début d'article     Liste des articles